En perdez-vous votre latin?

Vous l’avez sans doute remarqué, les plantes portent deux noms: un nom commun, dit “vernaculaire”, et un nom latin. Pourquoi utilise-t-on cette vieille langue que plus personne ne parle? C’est difficile à retenir, pourquoi se compliquer la vie?

Le système binominal en latin, utilisé par les botanistes pour nommer les plantes, permet la classification de celles-ci; et, bien franchement, c’est très pratique si on veut s’assurer de bien les identifier. Je n’entrerai pas ici dans d’interminables explications sur les travaux de Carl Von Linné, il y a d’excellents sites web pour en apprendre d’avantage si ça vous intéresse. Notons seulement que cette nomenclature s’applique également en zoologie pour l’identification de toutes les espèces animales; ainsi, Minet porte le nom de Felis catus.

Le nom latin des plantes est toujours composé de deux mots, le premier représentant le genre (qui regroupe des plantes ayant les mêmes caractéristiques) et le second, l’espèce précise. Ce nom est toujours inscrit en lettres italiques. 
Par exemple, la rudbeckie trilobée porte le nom de Rudbeckia triloba; on sait alors qu’elle appartient au genre Rudbeckia, comme plusieurs plantes semblables et qu’il s’agit de l’espèce trilobée et non de la rudbeckie hérissée, Rudbeckia hirta. 

Je vous conseille donc vivement de noter le nom latin de vos plantes ou de celles que vous recherchez. Pourquoi? Tout simplement parce qu’un seul et même espèce peut porter divers noms communs; il est également fréquent que plusieurs plantes soient désignées sous le même surnom. Par exemple, le bleuet désigne en Europe la fleur de Centaurea cyanus, alors qu’au Canada, il s’agit du fruit de quelques espèces d’arbustes. Ça finit par devenir un vrai casse-tête! La dénomination latine est l’unique façon d’être tout à fait certain qu’il s’agit de LA bonne plante.
Allons-y avec une mise en situation : Vous êtes tombé sous le charme d’une jolie vivace que vous avez vue chez votre voisine. Elle vous dit qu’il s’agit du coeur-saignant. Le hic, c’est que ladite vivace est souvent appelée coeur de Marie, coeur de Jeannette ou dicentre. Confusion au centre-jardin. Mais si vous savez dès le départ que cette vivace convoitée porte le nom de Dicentra spectabilis, vous ne vous tromperez pas au moment de vous la procurer.
Vous verrez, c’est beaucoup plus facile que ça en a l’air de s’y retrouver. Pour la prononciation, par contre, c’est une autre histoire!

Lire l’article complet

Laisser un commentaire

Jardiniere ordinaire

Passionnée de jardinage depuis longtemps, très impliquée dans la société d'horticulture de ma ville, je partage mon jardin avec vous...