http://www.jevaisguerir.com

  1. Home
  2. »
  3. Santé
  4. »
  5. http://www.jevaisguerir.com
Description:

A travers mon blog , vous allez découvrir qu'ils existent des solutions pour se sortir du cercle infernal des crises d'angoisse . Vous n'êtes pas seules ! J'ai connu pendant des années ce trouble et je m'en suis sortie ...Je vous livre tous mes secrets, toutes les méthodes et astuces pour retrouver la sérénité et en finir durablement avec ses foutues crises qui vous pourrissent la vie .

Venez faire un tour , bienveillance et gentillesse garantie !

Envoyer un message à un modérateur

  • Vous n’êtes pas seul : interview de Marc Antoine
    par lili le 22/09/2020

    Bonjour Marc Antoine , peux tu te présenter brièvement et nous raconter ta première crise d’angoisse ? Je m’appel Marc-Antoine, j’ai 23 ans et je fais des crises d’angoisses depuis des années. La crise la plus ancienne dont je me souviens, a commencé un matin en franchissant le portail d’entrée du collège. Brutalement alors que je marchai vers le préau du collège, j’étais tetanisé, au plus mal. Une fois arrivé sous le préau je me suis cramponné à une barrière en bois, de laquelle je ne me suis plus séparé pendant quelques minutes . Comment as tu réagis à l’époque ? Je subissais totalement, je n’osai plus bouger et restais cramponné à la barrière, tétanisé. Qu’as tu fais pour te calmer, te rassurer ? Je n’ai rien fait de particuliers, au bout d’un moment j’ai du aller en cours, et subir l’angoisse sans pouvoir rien faire. Comment cela a t-il évoluer par la suite ? Par la suite, les crises se sont enchaînées pendant des années, je ne saurais dire si les suivantes étaient plus effroyables, car toutes étaient atroces. Ce qui est sûr c’est que mon cerveau est trés imaginatif en terme d’angoisses et a inventé tout un panel d’angoisses différentes mais toujours effroyables (de la sensation de tétanie et de s’enfoncer dans le sol , à des angoisses purement mentales). Es tu soutenu par ton entourage ? ( professionnel , amical , familial ? ) Pendant de très nombreuses années, je n’ai rien dit à personne (d’ailleurs aujourd’hui encore quand je crise, je fais en sorte de rester impassible devant ceux qui ne sont pas au courant, je fais tout pour ne pas montrer mon calvaire intérieur, ne rien laisser transparaitre lors de la crise). Aujourd’hui mon entourage en revanche le sait. Ils me soutiennent comme ils peuvent. As tu osé en parler à ton entourage professionnel ? Si oui quelle a été leur réaction ? Dans le cadre de mes études, certains profs et camarades de promotion sont au courant dans les grosses lignes. Car j’ai bien du leur expliquer que je ne me présentais pas à certains partiels suite à une grosse dépression due entre autre à des crises d’angoisse à répétition. A ma grande surprise, généralement les gens sont compréhensifs. Comment ton hypersensibilité se manifeste au quotidien ? Comme je le disais plus haut, chez moi c’est plus mental que physique: impression de devenir fou, sensation d’irréalité des choses. Sur ces points là je ne fais quasiment plus d’angoisses du tout, même si ça peut revenir brièvement ; récemment il m’est arrivé d’être tétanisé en réalisant que j’étais avec des gens que je connaissais peu à des centaines de kilomètres de chez moi. j’avais envie de partir en courant. Qu’est qui est le plus dur ? Le plus dur pour moi ,est cette sensation de perdre le contrôle de soi même, hurler, partir en courant ou autres idées farfelues…. Comment fais tu pour t’en sortir ? Qu’as tu mis en place ? Personnellement j’ai fini par demander de l’aide quand je suis tombé trop bas (dépression allant jusqu’à la scarification, c’est dire). C’est à ce moment là que j’ai révélé tout ça à mon entourage et commencé à rencontrer des psychiatres jusqu’à trouver l’actuel avec qui je matche bien. J’étais suivi déjà par un psychologue depuis quelques mois avant ça. C’est cette aide et le temps qui m’ont aidés A ton avis pourquoi l’hypersensibilité et les crises d’angoisses sont si taboues ? Quand on vit ça on n’ose pas en parler, on le garde pour soi. Et puis certaines angoisses sont culpabilisantes. Il m’est arrivé de croire que j’allais tuer quelqu’un, je ne savais pas à l’époque que je ne risquai rien, je croyais vraiment devenir un monstre et j’avais honte et peur de le confier de peur d’être pris pour un fou et interné. Pour les autres, c’est dur à comprendre et donc forcément taboue. Si tu avais des conseils à donner aux lecteurs ? N’hésitez pas à demander de l’aide, ne restez pas seul(e) avec ça, c’est trop dur, trop lourd. Ne faites pas comme moi, n’attendez pas de tomber dans la dépression et autres dérives (j’en étais arrivé à un point de souffrance ou je me faisais du mal mentalement et physiquement, j’étais devenu mon propre bourreau (scarification, dévalorisation…). Vous méritez d’aller mieux, d’être aidés, compris et aimés, certainement pas de vous auto blâmer et auto dénigrer. Un mot de la fin pour ceux qui veulent être aidés ? Ne perdez jamais espoir. Même en voyant un psychiatre, rien allait mieux pendant des mois. J’avais toujours des angoisses du matin au soir, pendant des mois sans interruption. J’étais en permanence partagé entre mon envie d’en finir et ma peur de faire une bêtise (qui m’a permis de tenir bon d’aileurs). Tout stagnait, rien ne changeait. Jusqu’au jour où tout a changé du jour au lendemain. Je me suis mis à aller beaucoup mieux et aujourd’hui même si des crises reviennent parfois, je me dis que finalement je n’ai pas vécu tout ça pour rien. C’est une leçon de vie, j’apprends à moins juger les autres, à mieux comprendre l’autre et moins le blamer même si je ne suis pas d’accord avec lui. Croyez moi, on peut tirer des leçons positives de ça, malgré l’enfer que c’est à vivre. Il y a de l’espoir vraiment ! Merci pour ce témoignage Marc Antoine ! C’est toujours intéressant d’avoir le point de vue d’un homme , qui ont généralement du mal à se confier sur ce genre de sujet …. Vous n’êtes pas seul …. L’article Vous n’êtes pas seul : interview de Marc Antoine est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Affronter ses peurs ? C’est l’angoisse ?
    par lili le 18/09/2020

    Affronter ses peurs ? Pourquoi ne pas sauter dans le vide ? Tout le monde à une zone de confort . Certaines personnes se sentent en sécurité à peu près partout. Mais pour d’autres cette zone se limite  à 4 murs . Cela peut être un environnement connu comme la maison , ou le contact de personnes rassurantes comme sa famille et ses amis . A l’intérieur de ce cocon , on se sent en sécurité et en et confiance .Cependant se limiter à ce seul environnement peut rapidement devenir une prison dorée surtout quand on est angoissé A la question faut il affronter ses peurs et sortir hors de sa zone de confort en cas de trouble panique et d’anxiété ?  Je réponds OUI c’est indispensable !  Alors oui, je sais , vous allez me dire que vous n’y arriver pas et que c’est justement ce qui vous embête ; une situation en particuliers vous fait peur et impossible de vous y confronter pour le moment …. Ex: vous avez peur de prendre les transports , de conduire , de prendre l’avion, peur de retourner dans un hôpital… Certains ont peur d’aller à un rendez vous, d’allez au lycée  , en bas de chez eux  , en ville , les peurs sont multiples… Chacun ses peurs . Il n’y en a pas de pire ou de moins pire . Chacun a son ressenti et son expérience avec les crises d’angoisse …et donc avec la peur . Elle peut prendre plusieurs formes .   Le seul point commun a nous tous : la première crise est souvent le point de départ de cette peur . J’ai fait ma première crise dans un métro : impossible pour moi par la suite de rependre ce type de transport … Vous avez fait une crise d’angoisse dans la cuisine ? Il y a de forte chance que votre hantise devienne ce lieu pourtant si familier ! Vous avez compris l’idée ?  La peur est dans notre tête car il n’y bien souvent aucun danger  Nous le savons mais …. Notre vie est  complètement bouleversée et dirigée par cette peur  Le responsable ?  Le cerveau. Il pense qu’il y a un danger  Mais pourquoi  ? DEUX POSSIBILITES  Soit vous avez eu un événement traumatisant avec l ‘endroit ( première crise d’angoisse )  Soit on fait une projection, ou une association avec quelque chose qui nous fait peur  PAR EXEMPLE Les hôpitaux peuvent vous rappeler la maladie , les accidents et donc en association inconsciente la mort  La peur de conduire peut signifier un manque de confiance en soi Conduire c’est être indépendant , libre d’aller ou bon non semble , c’est aussi se retrouver seul au volant de sa vie….  Les facettes sont multiples ,mais à la limite peu importe le pourquoi  Le but est : comment faire pour affronter ses peurs ?  1- Redéfinir sa zone de confort  Pour certains découvrir , être surpris, et ne pas savoir à quoi s’attendre est excitant, mais pour les anxieux c’est une autre affaire . La zone de confort est un endroit que l’on connait , qui est récurrent . C’est un endroit où l’on pense être en sécurité . Pour être bien dans un endroit il faut y avoir passé du temps sinon c’est la découverte. C’est l’habitude qui crée la zone de confort . Pour créer une zone de confort il faut y être confronté régulièrement . Exemple : Aujourd’hui vous êtes dans un travail depuis un certain moment , vous avez des collègues avec  qui cela se passe bien , vous les appréciez et vous vous sentez bien avec eux  Mais le premier jour de votre arrivée ? Dans quel état étiez vous ? Stressé , anxieux , angoissé NON ?  Ce nouvel environnent vous ne le connaissiez pas … vous n’étiez pas en zone CONFORTABLE mais dans l’inconnu…. Puis au fur et à mesure vous vous êtes habitué aux lieux , aux personnes, et cet environnement vous est devenu familier.A force d’y retourner chaque jour , de vous exposer  ,vous avez fini par en prendre l’habitude et à vous sentir à l’aise ….Cela a pu être difficile ( surtout au début) mais la répétition à fait son oeuvre … Pour chaque étape de notre vie c’est la même chose : on a peur , on essaie , on tombe , on répète , puis on s’habitue Apprendre à marcher , aller à l’école , quitter le nid familial , commencez un premier emploi etc …tout à été une successions de répétitions et d’habitudes Pas plus, pas moins ! Les peurs sont un manque d’habitude et un manque de confiance en soi Avant de passer votre permis vous aviez peur de conduire ? de vous retrouver sur l’autoroute ? A force de vous entrainer et de pratiquer vous avez pris confiance en vous et en votre capacité à conduire même si au départ vous aviez peur …C’est comme cela pour tout  L’expérience et la répétition font qu’on se sent de plus en plus à l’aise au fur et à mesure du temps . Mais il faut le faire …Redéfinir sa zone de confort c’est juste changer ses habitudes et répétez , répétez et encore répétez ! 2-Changer sa perception du danger Il n’y pas plus de danger dans un magasin bondé , qu’à l’intérieur de notre salon . C’est la perception qui change .Nous avons la sensation d’être plus en sécurité dans un lieu connu , mais techniquement ca n’est pas vrai ! Le danger est dans notre tête  Vous n’êtes pas plus en danger en conduisant vous même qu’en étant passager …(à moins d’être vraiment nul au volant mais ça c’est un autre problème ! )  Il faut oser se lancer dans l’inconnu ! Thérapie d’exposition, pour affronter ses peurs ?  C’est comme cela que les psys nomment le fait d’affronter ses peurs C’est une thérapie que l’on fait progressivement , pas à pas . On s’expose à ces peurs, étapes par étapes afin de reprendre confiance et de montrer au cerveau qu’il n’y a pas de danger…. Refaire tous les jours la même action et aller au même endroit permet de passer de l’état de : Inconnu , angoissant à = connu et sécurisant C’est ça l’idée ! A force de s’exposer, on finit par rependre confiance et on dédramatise le lieu ou l’action . Le fait d’éviter ce qui nous fait peur entretient l’angoisse …. Cela nous conforte dans l’idée que c’est dangereux ou que quelque chose de grave va arriver  L’action résout ce probleme  En faisant ( malgré la peur ) on se rend compte qu’on est capable de gérer et que ça n’est pas aussi horrible que cela ! L’action prend le pas sur le mental qui lui pense qu’on est pas capable !  Il est donc ( à mon sens ) primordial de d’exposer à ses peurs pour espérer s’en sortir … Il faut rependre confiance en vous et en votre capacité à gérer n’importe quelle situation  J’ai écrit un article complet a ce sujet  La méthode n’est pas bien compliquée mais demande du courage et quelques efforts au départ ! Mais cela en vaut vraiment la peine ! Dites vous que sans cela vous resterez bloqué dans votre mensonge . Je vous souhaite d’osez sauter le pas pour vous en rendre compte  Osez , osez , osez ! Vous en êtes capable ! Allez-y à votre rythme . Fixez vous des objectifs atteignables dès le départ ou vous risquer de bruler les étapes et de perdre la partie  Alors allez vous osez ? Que pensez vous de cette technique ?  Nb : cette technique est cependant difficile pour les cas où votre peur est immatérielle telle que la peur de la mort et la peur de la maladie  Dans ces cas précis la thérapie d’exposition ne me semble pas appropriée  J’aurais l’occasion d’y revenir dans un prochain article car je sais que certain d’entre vous sont concerné ….. Affronter ses peurs est une partie du programme de mon nouvel ebook : si vous voulez vous en sortir il va falloir appliquer une méthode je vous présente la mienne , celle qui m’a permis d’être derrière ce blog aujourd’hui et de vivre sans angoisse ! L’article Affronter ses peurs ? C’est l’angoisse ? est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Vous n’êtes pas seul : témoignage d’Anna
    par lili le 16/09/2020

    Bonjour Anna , peux tu te présenter brièvement et nous raconter ta première crise d’angoisse ?  Je m’appelle Anna , j’ai 18 ans et je fais des études dans la gestion administrative . Ma première crise a eu lieu en juillet 2019  J’étais en train de ranger ma cuisine , quand soudainement j’ai commencé à paniquer : mon coeur s’est emballé , j’ai ressentie une douleur à la tête , je me suis mise à trembler et à avoir des hallucinations . Ma vision s’est troublée et j’ai eu l’impression de tout voir en « accéléré » ; J’ai également ressenti des picotements dans les mains et j’ai eu l’impression de ne plus rien entendre . J’ai cru que j’allais mourir ! Je me souviens aussi avoir eu du mal à respirer et du mal à parler . Je suis rester en état de choc pendant une semaine , avec hallucinations auditives et sensorielles ainsi que de la déréalisation .  Cette première crise m’a traumatisée ! Depuis j’angoisse de peur que cela se reproduise et en particuliers lorsque je suis dans ma cuisine … Comment as-tu réagis à l’époque ?  Au moment de la crise, j’ai hurlé et j’ai supplié mes parents d’appeler les secours …Ils ne l’ont pas fait car ils avaient conscience que c’était mental et non physique . Qu’as tu fais pour te calmer, te rassurer ?  J’ai pris de suite rendez vous avec un psychiatre et j’ai décider d’en parler à mes amis  Comment cela a t-il évoluer par la suite ?  Mon psy m’a mis sous anxiolytiques pour calmer les crises .Cela m’a aidé pendant un temps , à aller mieux .  Es tu soutenu par ton entourage ( familial , professionnel , amical ..;) ou es tu seul dans ce combat ?  Je ne suis pas seule dans mon combat , mes parents , mon copain et mes amis me soutiennent As-tu osé en parler à ton entourage professionnel ? Si oui, quelle a été leur réaction ?  J’en ai parlé à l’infirmière scolaire qui m’a dirigé vers un psychiatre après avoir fait une crise au lycée … Comment ton hypersensibilité se manifeste au quotidien ?  Mon hypersensibilité est difficile à gérer au quotidien . Je pleure souvent , pour un rien, et mes émotions sont profondes et douloureuses ; Je suis très impulsive  Qu’est qui est le plus dur ?  Le plus dur c’est les crises d’angoisse …On ne contrôle plus rien , c’est effrayant et traumatisant …. Comment fais tu pour t’en sortir ? Qu’as tu mis en place ?  Je n’arrive pas à m’en sortir … Par contre pour la dépression c’est autre chose ..Je m’en sors petit à petit car mes proches et mon médecin m’ont beaucoup soutenus . J’ai aussi changer mes habitudes et mon style de vie ce qui m’a énormément aidé  As ton avis pourquoi l’hypersensibilité et les crises d’angoisses sont si taboues ?  Les autres ne nous comprennent pas et nous prennent pour des fous ….Certains ne sont pas ouverts d’esprit …Je ne souhaite à personne de vivre les crises d’angoisse  Si tu avais des conseils à donner aux lecteurs  ?  Je conseille d’en parler , de s’occuper , de voir des amis , et de ne jamais abandonner … Un mot de la fin pour ceux qui veulent être aidés ?  Osez demander de l’aide , vous pouvez réussir à aller mieux !  Battons nous ensemble et parlons en ! Essayer sans arrêt de nouvelles choses , de nouvelles solutions car il y en a forcement une bonne pour vous  ! Merci à Anna pour ce témoignage car nous savons tous qu’il n’est pas facile d’en parler publiquement . Pourtant avoir des crises d’angoisse n’est pas une honte ! Vous n’êtes pas fou, ni faible Ensemble faisons en sorte de changer les préjugés autour de ce fléau qui fait souffrir énormément de monde Osez en parler ! L’article Vous n’êtes pas seul : témoignage d’Anna est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Vous n’êtes pas seuls : témoignage de Clara
    par lili le 08/09/2020

    Bonjour Clara , peux tu te présenter brièvement et nous raconter ta première crise d’angoisse ? Bonjour je m’appelle Clara j’ai 29 ans. Et je souffre d’anxiété généralisée.  J’ai aussi un joli package d’autres troubles . Est-ce l’anxiété qui m’a conduit à différentes pathologies ou l’inverse ? Mystère c’est un peu la poule ou l’œuf. Ma première grosse crise d’angoisse est survenue après avoir fumé un joint (une brillante idee). A l’époque déjà très anxieuse, je devais combiner la pression des études, un passé et un environnement familial  chaotique et ne pouvant plus trouver le sommeil, j’ai pris l’habitude de fumer pour m’apaiser . Ce soir là, j’ai littéralement cru mourir. Comprenez moi … j’ai eu une multitude de crises d’angoisse mais celle là détrône de très loin toutes les autres . Mon cœur explosait littéralement dans ma poitrine mes pieds avaient un réflexe incontrôlable, celui de bouger au rythme de mon cœur : soit très vite . Des fourmillements, des tremblements , l’hyper-ventilation etc…. Comment as tu réagis à l’époque ? Pour cette première crise, j’ai réagis comme une majorité de personnes l’aurait fait : soit de manière complètement irrationnelle. J’ai paniqué, prise en faute, puisque cela découlait d’un comportement illégal. J’ai appelé les pompiers.. Ricanements de la part du gentlemen . Ouch ! Je me heurte sans le savoir à une première incompréhension, doublé d’un sacré manque de tact . J’ai eu le sentiment de n’avoir de prise sur rien et d’avoir ouvert la porte de l’enfer . A vrai dire ce n’était pas ma première crise car depuis des années j’avais ce que j’appelle « les prémices d’une crise « .. étourdissement jusqu’à prendre les transports en commun plus tôt pour ne pas subir une horde d’étudiants déchaînés d’aller se poser en amphi. Je n’avais pourtant rien vu venir…  Qu’as tu fais pour te calmer , te rassurer ? A ce moment je vivais une chose complètement inconnue. Alors je n’ai rien pu faire d’autre qu’attendre que ça passe.  De toute façon rien n’aurait pu me calmer .  Comment cela a t-il évoluer par la suite ? La suite a été terrible . Cette crise d’angoisse a littérallement marqué un avant et un après.  Dès le lendemain, j’ai voulu oublier cet incident , mais déjà je ne me sentais plus moi même.  Une chose s’était brisée , et je restais toujours dans le flou . On a beau mettre un mot sur un mal la première crise d’angoisse c’est un traumatisme pour le corps et l’esprit . J’ai tenté de sortir ,mais le monde m’apparaissait d’une étrange définition.  J’avais cette idée folle de ne plus appartenir à celui ci et que tout représentait un danger. Sans craindre vraiment la crise d’angoisse de manière consciente en tout cas, mon corps semblait detaché de mon esprit . Ce qui est très heurtant c’est la violence et la rapidité du changement.  Je suis passée d’une éternelle angoissée (qui vit du mieux qu’elle peut et qui vraisemblablement peut se permettre de rêver, des projets) à une jeune femme qui traverse un puit sans fond de frayeurs . Es tu soutenue par ton entourage ? (familial, professionnel, amical…) Ou es tu seules dans ce combat ? Autour de moi j’ai du en parler . Très vite je me suis enfermée dans ma bulle .. Ma mère, reste à ce jour la seule personne m’ayant soutenue car j’ai passé une période vraiment très difficile.  Aucune de mes amies (que je côtoyais pourtant depuis plus de 17 ans) n’a été capable de comprendre.. Ni mes profs de fac, ni même certains médecins. Passé la troisième tentative infructueuse de sortie et de crises d’angoisses interminables on ne m’a plus appelé .Je me suis retrouvée seule . As tu osé en parler à ton entourage professionnel ? Si oui , quelle a été leur réaction ? A l’époque, je ne travaillais pas : j’étais étudiante et malheureusement peu de structures permettaient d’avoir une parole libre sur mon mal (soit une dépression) J’ai stoppé ma licence du jour au lendemain et j’ai une net tendance à en vouloir encore au destin pour ce coup du sort . Comment ton hypersensibilité se manifeste au quotidien ? Avant mes crises d’angoisses j’ai toujours apprivoisé et même apprécié mon hypersensibilité.  J’ai quand même évolué dans une famille où la culture et l’art était à un niveau très élevé, et je pense que c’est une chance ,car les sens d’un hypersensible sont exacerbés et c’est un bon moyen de les mettre à profit. Mais j’ai cependant dû cohabiter avec des traits de cette personnalité moins agréable.  Vivre différemment des autres, et se sentir en marge est encore très difficile à accepter pour moi . Je pense sincèrement que l’hypersensibilité amène à une vision de la vie ou plutôt son appréhension d’une autre manière.  Rechercher la profondeur ressentir l’autre etc… mais c’est aussi ressentir toute la négativité c’est faire face à des émotions qui vous submergent . Il est important selon moi de prendre énormément de recul par rapport à ça . La culture est très importante : lire, se documenter , vivre; Il faut élargir son horizon aller à la rencontre des autres pour se permettre à soi de se recentrer  … Qu’est qui est le plus dur ? Aujourd’hui  chaque émotion (bonne ou mauvaise) reste un obstacle . Par exemple : j’ai un sacré problème avec le contrôle. J’essaie de m’en détacher ,mais j’ai du mal à ne pas avoir de prise sur les choses . Je déteste les surprises (jusqu’à apprécier qu’on me spoil un film). Tout doit être cadré et je dois savoir ce que je vais faire et quand je rentre.Je me suis aussi forgée une épaisse carapace (ce que je déconseille de faire) à force de vouloir coller à l’idée que les autres avaient de moi, à force d’avoir peur de ne pas être acceptée j’ai fini par me créer un personnage qui correspond plus aux attentes de l’être humain et je vous le dis: se démaquiller c’est chiant mais enlever son masque le soir quand on est seul ça l’est encore plus.  Mon corps réagit instantanément à ce flux continuel d’émotions . En tant qu’hypersensible un rien est capable de me mettre en émois. Ce qui est primordial c’est de les identifier, et de les analyser de façon lucide . Ne pas se laisser envahir . On est hypersensible ? Ce n’est pas une tare bien au contraire . Voyez le comme une sorte de pouvoir et ce pouvoir il faut le maîtriser. J’ai peur d’une chose ? Pourquoi ? Qu’est ce qui est rationnel et ne l’est pas dans cette angoisse ? Ces questions formulées à soi peuvent toujours amener des éléments de réponses, et c’est un pas vers la guérison. C’est facile à écrire, je LE sais; Je me bat tous les jours pour que mon corps veuille réagir à mon esprit qui tente de ranger tous ce fatras d’émotions.  Que fais tu pour t’en sortir ? Qu’as tu mis en place ? J’essaie au quotidien de rechercher pleins d’histoires de vie différente, non pour me rassurer ni même pour me comparer, mais plutôt pour me détacher d’une vision  matraquée de la société qu’on nous donne.  J’ai besoin de me sentir proche des autres malgré un tempérament très solitaire . Je médite et même si je suis plutôt réfractaire à ce type de pratique cela m’aide un peu à ressentir le moment présent et à ne pas me focaliser sur ma crise d’angoisse. Je choisis des musiques qui m’invite au voyage … je suis une grande fan de rock en tout genre mais je ne mettrais pas du acdc en situation  d’angoisse par exemple . Récemment j’ai décidé de reprendre contact avec un psychiatre car même si un énorme travail a été effectué, il y a des obstacles que je ne parviens pas à surmonter. Et demander de l’aide est une étape de plus vers la guérison. J’encourage chaque personnes à s’entourer et à ne surtout pas rester seule . J’ai moi même eu une premiere tentative catastrophique et je regrette de ne pas avoir retenté l’expérience plus tôt.  As ton avis pourquoi l’hypersensibilité et les crises d’angoisse sont si taboues ? Selon moi, ce tabou vient de l’idée qu’on associe à l’hyper-sensibilité . On voit une personne hypersensible, comme fragile un peu candide . Je ne connais pas d’hypersensibles qui n’ai pas une intelligence émotionnelle très vive et cela fait peur. On ne colle absolument pas au moule de la societe.Comprenez… Une situation pour nous est vécue très différemment d’une personne avec un caractère disons plus commun . Notre faculté a vivre toutes situations de façon intense , c’est comme porter un regard  différent.  C’est un peu comme toucher une forme de vérité plus profonde. Il y aura toujours une incomprehension entre l’hypersensible et les autres . Mais le language du cœur est universel . Je ne comprends pas mon chien et pourtant je l’aime bien  plus que n’importe quel être vivant sur cette terre vous voyez ? Si tu avais des conseils à donner aux lecteurs ? Vous savez les crises d’angoisses ont été une partie difficile de ma vie . J’ai perdu mes plus jeunes années. J’ai vécu un enfer . Je ne pouvais plus sortir de chez moi , je vivais à leurs rythmes, et mes idées étaient si noires que pour moi une seule issue était possible . J’étais épuisée physiquement car les crises peuvent être si éprouvantes… Mais aujourd’hui je suis la . Je suis guérie ? Non . Mais j’ai effectué un travail colossal il y a 10 ans je me suis enfermé pendant plus de 8 mois dans mon petit appartement.  Vous vous imaginez vous ? 8 mois sans sortir . Mon corps m’avait envoyé directement en prison . Aujourd’hui je fais du sport je me permets pleins de choses . Il ne manque plus qu’un déclic pour que je vive pleinement et c’est génial.  Un mot de la fin pour ceux qui veulent être aidés ? Je vais vous dire comment je vois les crises d’angoisses . Ce sont des invitées que l’on a laissés entrer sans trop avoir le choix . N’oubliez pas : vous êtes chez vous et c’est à vous de décider si vous les voulez dans votre intérieur.  Vous avez le choix de leurs donner un bon coup de pied au cul et de fermer la porte . Mais les invités un peu lourds, ça insiste souvent et ça sonne longtemps . Tenez bon et apprenez à ne plus ouvrir la porte a ce qui ne mérite pas de vous visiter .  Ne vous en voulez de rien. Je suis personnellement extrêmement dure avec moi même ,et j’essaie d’apprendre à accepter tous ces traits qui font ma personnalité. Si vous souhaitez vous en sortir vous devez apprendre à lâcher prise . Ca en vaut la peine . Ces plaisirs simples que les crises vous ont retirés ils en valent la peine je vous le promets  Merci à Clara pour ce témoignage à coeur ouvert .. Je lui souhaite le meilleur pour la suite et n’oublie pas : tu es une guerrière de l’anxiété et ce combat tu vas le gagner ! Bravo à toi en tout cas pour avoir osé en parler ! L’article Vous n’êtes pas seuls : témoignage de Clara est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Des affirmations positives contre l’anxiété ?
    par lili le 08/09/2020

     Pourquoi les affirmations positives peuvent réduire votre anxiété ?  Si on s’intéresse un peu  au bien être ou au développement personnel, on retrouve souvent cette notion d’affirmation positive. Cette technique qui paraît un peu basique et peu prometteuse  est pourtant très efficace contre l’anxiété , si on l’utilise comme il se doit !  « Les solutions les plus simples sont souvent les meilleures » Si on les répète régulièrement, elles peut vraiment avoir des effets positifs dans notre vie et en particuliers sur l’anxiété. Si vous pensez que cela ne fonctionne pas  et que c’est de la poudre de perlimpinpin  lisez plutôt ceci: Que sont les affirmations positives?  Partout sur Instagram ou le net fleurissent des sites vantant les mérites de pratiquer chaque jour, les affirmations positives. Vous avez sûrement déjà publié sur votre mur Instagram ou sur votre mur Facebook une de ces petite phrase inspirante !  Savez vous que ces  affirmations sont des déclarations puissantes . Elles peuvent vraiment avoir un impact sur votre vie, si vous acceptez d’en faire un outil au quotidien…  Elles se répetent à voix haute ou mentalement comme un mantra. Vous pouvez par exemple , chaque matin au moment du petit déjeuner réciter dans votre tête cette petite phrase pour bien commencer votre journée…Elles apportent un soutien moral , de la motivation ou un encouragement ….     et parfois tout cela à la fois ; Peu importe si vous y croyez ou pas , la seule facon de savoir si cela marche pour vous  est d’essayer !   Comment agissent-elles sur l’anxiété ? L’anxiété est basée sur un discours intérieur souvent négatif. On anticipe , on prédit l’avenir , on s’imagine les pires scénarios et ce petit dialogue mental nous conditionne pour la suite… A force de se répéter que tout va mal se passer , c’est ce qu’il risque  d’arriver … L’anxiété est souvent accompagnée de pensées négatives qu’il est difficile de contrôler… La seule façon de changer ce discours intérieur est de s’entraîner Il faut remuscler notre esprit comme nous le ferions pour le corps. Répéter des affirmations positives permet de rééduquer notre esprit à voir les choses différemment,  et donc agir de la bonne manière. Il faut  envoyer un signal différent à notre mental…l’obliger à penser de manière positive. C’est un entrainement ! A force, cela deviendra un automatisme et l’anxiété diminue                                  La répétition est la clef Vous pouvez commencez dès demain , essayez d’imprimer ou de retenir par coeur  celle qui vous parle le plus et qui correspond à votre personnalité. Il en existe tellement, que vous trouverez forcement vos affirmations préférées….celles qui deviendront vos « mantras »! L’important n’est pas de trouver la meilleure ( il n’en existe pas de meilleure ou de parfaite ) mais celle qui vous parle vraiment et qui vous motive ! Notre cerveau est un muscle Comme le reste du corps il faut l’exercer pour le débarassser des mauvaises pensées que vous avez l’habitude de générer .Rien n’est facile et la pilule magique n’existe pas ! Comme à peu près  tout dans la vie , sans un minimum d ‘effort rien ne se produira … Je sais que vous aimeriez entendre que votre anxiété disparaitra en 2 jours si vous répétez ces affirmations mais ça n’est pas le cas ! Il faudra le faire pendant au moins quelques semaines .Je ne suis pas là pour vous vendre du rêve mais vous montrer des solutions qui marchent vraiment à condition de s’impliquer un minimum. > il faut qu’il y est une certaine discipline !  C’est la pure vérité …ça n’est pas les affirmations positives qui sont magiques mais la répétition  …   Que dit la science ? Pour certains les affirmations positives ne sont que du « vent » et ils ne mesurent pas du tout l’outil puissant que cela peut être quand on l’utilise à bon escient … Pourtant la science a prouvée à travers de nombreuses études qu’elles sont vraiment efficaces .Une étude anglaise à démontrée qu’elles permettent effectivement d’atténuer les effets du stress. Grace à elles les personnes testées ont réussies à résoudre des problèmes complexes facilement et sans stresser outre-mesure. Ces affirmations sont également utilisées dans des programmes d’accompagnement pour le manque d’estime de soi et pour la dépression .  Et les angoissés qui ont testé les affirmations positives  que disent ils ?  J’ai moi même utilisée et (j’utilise toujours ) les affirmations positives contre mon anxiété.  Au début cela a  été difficile car je n’avais pas pour habitude de voir les choses de cette façon  …au contraire , j’anticipais toutes les situations qui m’angoissait en visualisant à chaque fois un scénario catastrophe ; Ce qui me causait énormément de stress évidemment…Je me demandais comment j’allais bien pouvoir gérer toutes les horribles choses qu’il allait m’arriver, et comment j’allais pouvoir me sortir de toutes ses situations…Cela gênerait en moi des angoisses que je vous laisse imaginer et tout le lot de symptômes associés….La plupart du temps cela se soldait par une chose que vous devez bien connaitre si vous êtes sujet au angoisse et à l’anxiété : l’évitement ; Je n’allais tout simplement pas à l’événement en question, j’annulais de peur d’avoir à subir tout ce que je mettais imaginé … C’est en commençant a répéter de façon régulière des affirmations, que j’ai réussi à me rendre à certains endroits où je n’allais plus et à rependre le contrôle sur mon mental . La répétition mentale  devient peu à peu notre réalité . On finit par se convaincre que ce que l’on pense est vrai . Petit à petit , j’ai senti un changement dans ma façon de voir les choses …J’arrivais à me dire que les choses allait peut être bien se passer ( chose que je n’aurais jamais pensé avant ! ) Peut être que le monde extérieur n’était pas si horrible que cela et que c’était à moi de changer et non au reste du monde… Et quand on commence à penser de cette façon , les choses autour de nous changent comme par magie … Un cadeau n’arrivant jamais seul , à force de penser positivement il se dégage autour de nous une sorte d’aura et cela se voit : le positif attire le positif et oui tout ça grâce a des affirmations positives ! c’est fou non ?  vous ne me croyez pas , essayez  et vous verrez .... L’anxiété fonctionne ainsi : elle nous paralyse car notre cerveau prend le contrôle Mais c’est un mensonge , il ne faut pas l’écouter Vous êtes capable d’affronter n’importe quelle situation si vous avez les bons outils et si vous pratiquer les bonnes techniques Les affirmations positives en font partie ! Et je ne suis pas la seule à le dire !  Voici un  témoignages de personnes angoissées qui ont intégré les affirmations positives dans leur quotidien :  « La pensée positive a très bien marché avec moi j’avais tendance à être assez pessimiste dans le passé et c’est mes mauvaises pensées qui me traînaient dans un état de déprime et d’angoisses.Je me suis torturé pendant des années à chercher toutes les manières possibles d’être enfin en paix avec moi même, j’ai épluché toutes sortes de théories sur le bonheur qui avaient l’air compliqué et interminables a mettre en pratique, j’ai vu divers psy aussi, qui m’embrouillaient plus qu’autre chose, et puis il y a trois ans j’ai eu un déclic : l’interminable liste de mes angoisses et mon pessimisme, mon manque de confiance en moi, tout ça ne venait pas de ce que je vivais (objectivement ma vie n’était pas mal) mais de ma manière de me voir le monde, ma manière de voir la vie, et les épreuves à traverser. Depuis 3 ans grâce aux pensées positives j’ai adopté un point de vue radicalement différent, et aujourd’hui je suis complètement heureux et petit bonus : mes problèmes de sommeil ont disparu en même temps.Bref c’est simplement un avis personnel pour dire que pour certaines personne la pensée positive c’est ce qui fonctionne «  je vous conseille d’ailleurs la lecture de ce livre : Regardez les avis des lecteurs ça donne juste envie  « Au début lorsque j ai entendu parler du pouvoir des affirmations positives, j étais un peu dubitative…Mais avoir lu ce livre, (acheté juste grâce aux commentaires élogieux) et après avoir commencé à appliquer ces modes de pensées je suis maintenant rassurée et convaincue et d ailleurs j ai acheté beaucoup d autres ouvrages sur ce thème. A lire !! « Je me suis retrouvée dans son livre. C’est un exercice de tous les jours, c’est vrai, mais j’ai aperçu de magnifiques changements dans ma vie. Un peu de méditation et des affirmations positives et vos pensées, vos paroles, vos actes et vos actions changent au fil du temps. Un vrai bonheur de vivre dans la Joie. » Comment les utilisées ? Concrètement comment faire au quotidien ? Je lis une phrase de bon matin et c’est tout ? NON pas exactement ….Le pouvoir des affirmations positives réside dans la répétition mais aussi dans l’intention…Si vous vous répétez tous les jours , que la vie est belle,  mais qu’au fond de vous , vous ne le pensez pas .. peu de chance que cela fonctionne… Il faut s’en persuader un minimum … La force des affirmations positives c’est qu’a force de se les repeter en s’en persuade aussi …c’est di-onc un cercle vertueux et c’est tant mieux ! Voici une liste qui peut vous aider pour commencer mais vous pouvez très bien vous créer la votre !  J’ai confiance en moi Je suis maintenant sûr de moi Je me sens confiant à l’idée de réussir De jour en jours, je suis de plus en plus confiant Je suis sûr d’arriver à mon but Je veux être un noble exemple Je crois en ma valeur J’ai la force de réaliser mes rêves Je suis réellement adorable J’ose essayer et j’en suis fier Je choisis de vraiment m’aimer Je m’aime et m’accepte complètement Je suis prêt à essayer de nouvelles choses Il y a des choses que je peux déjà faire, j’ai juste besoin de commencer même si je ne suis pas encore complètement prêt Je suis bien plus capable que je ne le pense Comme je m’aime, je permet aux autres de m’aimer aussi… J’accumule de plus en plus de confiance en moi Je suis unique et parfait telle que je suis Je suis magnifique Je suis fier de tout ce que j’ai accompli Je n’ai pas à être parfait, j’ai juste besoin d’être moi-même Je me sens capable de réussir Je me donne la permission de sortir de mon rôle de victime et prendre plus de responsabilités pour ma vie Le passé est passé, j’ai désormais le contrôle de ma vie et j’avance Je suis mon meilleur ami Je suis capable de dire « non » sans avoir peur de déplaire Je choisis de me nettoyer des mes peurs et mes doutes La peur est une simple émotion qui ne peut m’empêcher de réussir Chaque pas en avant que je réalise accroît ma force Mes hésitations laissent la place à la victoire Je veux le faire, je peux le faire Je suis capable de grandes choses Il n’y a personne de plus important que moi Je vais peut-être me tromper mais ça je peux le gérer Avec la confiance en moi, je peux tout accomplir Je me permet d’avoir beaucoup de plaisir Je mérite d’être vu, entendu et de briller Je mérite l’amour et le respect Je choisis de croire en moi Je me permets de me sentir bien dans ma peau et en confiance avec moi-même Source liste : se sentir capable.com Ce que tu fais quotidiennement, finit par devenir qui tu es. EXERCICE PRATIQUE Je vous conseille d’apprendre des affirmations positives à l’avance afin d’être prêt lorsque des situations angoissantes se produisent . Face à la situation, vous serez donc armez et serez quoi faire pour contrer la peur si vous rencontrer de nouvelles personnes , avant de prendre l’avion , avant de rentrer... L’article Des affirmations positives contre l’anxiété ? est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Vous n’êtes pas seuls : témoignage de Marielle
    par lili le 31/08/2020

    J’espère sincèrement que mes mots pourront aider ceux qui n’en voit plus le bout… Marielle . Peux tu te présenter brièvement et nous raconter ta première crise d’angoisse ?  Ma première crise a eu lieu lors d’un trajet en train. Je me rendais dans la ville où j’effectuais mon stage linguistique. J’y allais à contrecœur : pour rendre mon père fier.  Comment as tu réagis à l’époque ?  Je pensais mourir… j’ai compris que ma respiration posait problème. De toutes mes forces, j’ai tenté de la calmer en me concentrant dessus et cela a fonctionner après quelques minutes. Qu’as tu fais pour te calmer, te rassurer ?  Me dire que je pouvais sortir au prochain arrêt et appeler un proche pour qu’il vienne me chercher. Et j’ai tenu bon…  Comment cela a t-il évoluer par la suite ?  Les crises sont devenues de plus en plus fréquentes. Dans les lieux publics, les transports en commun, au travail… j’en faisais environ 3 à 4 par jours. Es tu soutenu par ton entourage ( familial , professionnel , amical ..) ou es tu seule dans ce combat ?  J’ai mis plusieurs mois à pouvoir en parler librement. Je ne pouvais pas mettre des mots sur ce que j’étais en train de vivre. Je me suis renfermée et j’ai coupé contact avec 90% de mon entourage. J’avais peur qu’on me prenne pour une folle. Aujourd’hui, tous mes proches sont au courant et je n’ai plus honte de l’exprimer. As tu osé en parler à ton entourage professionnel ? Si oui quelle a été leur réaction ?  Oui. J’ai mis quelques années avant de l’assumer. Avant ça, j’inventais toutes les excuses du monde pour les cacher. Aujourd’hui, ce qu’ils en pensent m’importe peu. Comment ton hypersensibilité se manifeste au quotidien ?  Elle se manifeste lorsque je suis dans des lieux qui ne m’inspirent pas confiance, où j’ai peur de ne pas pouvoir m’échapper ou si les gens qui sont avec moi ne sont pas des gens de confiance. Qu’est qui est le plus dur ?  Devoir tout prévoir sans arrêt. Inspecter d’avance les lieux où je vais me rendre. Choisir mes horaires, prévoir des au « cas ou », et mettre en place plusieurs plans B. Souvent, je refuse des activités si je ne les sens pas, et m’empêche de vivre de beaux moments. Comment fais tu pour t’en sortir ? Qu’as tu mis en place ?  Lorsque j’ai atteint le seuil le plus bas possible (envies, tentatives de suicide, alcool…) j’ai décidé d’entreprendre des choses. Psychologue, hypnose, acupuncture…rien ne marchait…ou me calmait quelques jours. Aujourd’hui et depuis 6ans, je suis sous antidépresseurs, ce qui m’empêche 90% du temps d’avoir des crises. J’ai toujours des temesta sur moi en cas de crises. Je vais aujourd’hui passablement bien.  As ton avis pourquoi l’hypersensibilité et les crises d’angoisses sont si taboues ?  On a peur du regard des autres, de leurs jugements et d’être pris pour un fou.  Si tu avais des conseils à donner aux lecteurs ?  N’écouter QUE son coeur et sa tête. Si des proches ne nous comprennent pas, c’est qu’ils n’ont rien à faire dans nos vies. Rester entourés de ceux qui nous soutiennent et nous aiment pour ce que nous sommes. N’ayez pas peur de faire du tri… Un mot de la fin pour ceux qui veulent être aidés ? Il y a toujours des solutions. Je ne dis pas que la mienne a été la bonne…mais elle m’a sauvé la vie.  Merci Marielle Encore un témoignage poignant et sincère ! On ressent bien , la souffrance ! ..foutue crises d’angoisse ! Ne lâchez rien , des solutions existent , c’est ce que je m’efforce de vous délivrer comme message par le biais de mes articles ! Courage et force à vous tous ! Aurelie L’article Vous n’êtes pas seuls : témoignage de Marielle est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Vous n’êtes pas seul : témoignage de Ludivine
    par lili le 25/08/2020

    Salut Ludivine, peux-tu nous raconter ta première crise d’angoisse ? Alors ma première crise d’angoisse s’est passée le soir d’un nouvel an, j’avais 12 ans je savais pas ce qui se passait je comprenais pas ce qui m’arrivait j’avais mal au ventre les douleurs étaient pire en pire ma mère était presque aussi paniquée , abandonner j’étais obligé de rester sur les toilettes pendant presque 4 heures de temps, j’ai commencé à avoir du mal à respirer ma mère a paniqué m’emmener à l’hôpital et là ils m’ont dit que les urgences ferme à minuit il était 23h58 et qu’il me prendrait pas en charge. Sur le coup j’ai pas compris pourquoi on me  prenais pas au sérieux pourquoi aucun médecin avait l’air de s’inquiéter de mes symptômes. Mais pendant la crise elle-même plusieurs émotions mais il y en a eu deux qui prédominent la peur et l’incompréhension. Comment as-tu réagi à l’époque ?  Très mal, je l’ai très mal vécu parce que je ne savais pas ce que c’était… Qu’as-tu fait pour te calmer ou te rassurer?  Absolument rien, j’ai attendu que ça passe que mon corps se fatigue. Que les spasmes se calment Comment cela a-t-il évolué par la suite ?  Cela c’est aggravé …ON NE M’A toujours pas dit ce que c’était en fait on m’avait juste donné des spasfon à prendre quand j’avais vraiment trop mal, j’avais des maux de ventre violents tous les matins et je savais pas ce que c’était et on m’a jamais rien expliqué quand j’étais plus jeune Es-tu soutenue par ton entourage où es-tu seule dans ce combat ?  J‘étais seule parce que pour comme beaucoup d’enfants qui font de l’anxiété, on a eu les réflexions des parents comme quoi on voulait juste parler à l’école des choses de ce genre, en grandissant on m’a dit que c’était pour ne pas travailler et devenir une assisté, maintenant j’ai mon conjoint qui est là pour moi tu me soutient beaucoup qui m’aide à trouver des solutions As-tu osé en parler à ton entourage professionnel ? Si oui quelle a été leur réaction ? J‘en ai parlé une fois à une de mes maître de stage et coup de chance vu que c’était une infirmière ça s’est très bien passé elle m’a bien conseillé et elle a été très compréhensive, autrement j’en ai rarement parlé parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont des préjugés et ça peut poser problème lorsqu’on cherche un emploi. Comment ton hypersensibilité se manifeste au quotidien ?  Voir des choses assez simple humeur assez changeante, très émotive, et j’ai souvent tendance à être une éponge à émotion. Qu’est-ce qui est le plus dur ? Ce qui est le plus dur c’est pas l’anxiété en tant que tel c’est les effets qu’elle déclenche sur les autres maladies, par exemple j’ai des vertiges à cause d’un déplacement des cervicales ça les accentue par 10, j’ai un syndrome du colon irritable, si j’ai une contrariété je peux être pliée en quatre c’est ça le plus dur de pas pouvoir empêcher d’influencer le reste de notre corps. Comment tu fais pour t’en sortir qu’est-ce que tu as mis en place ?  Actuellement ça fait 12 ans que j’ai des troubles anxieux ça fait 4 ans je suis diagnostiquée et j’ai toujours pas trouvé de solution, j’essaie des choses je cherche je fais des recherches et l’avenir nous le dira. À ton avis pourquoi l’hypersensibilité et les crises d’angoisse sont si tabou ?  je pense que c’est tabou parce que tout ce qui a trait à une maladie mentale fait peur, quand j’étais plus jeune pour un journal de ma petite école j’avais fait des recherches sur le point de vue des gens sur les psychologues et la plupart du temps des gens associé cela à la folie. ils ne veulent pas essayer de comprendre ces choses qui les déranges ou qui leurs font peur. et c’est beaucoup plus facile de blâmer une personne pour ce qu’on ne comprends pas que plutôt d’essayer de chercher ce qui se passe. Si tu avais des conseils à donner aux lecteurs ? Ne jamais baisser les bras toujours essayer de trouver la chose qui leur conviendra mieux pour aller mieux. Accepter que au final l’anxiété c’est une partie de nous que ça sera toujours là que ça se manifeste ou pas qu’il faut apprendre à vivre avec et que ça peut parfois être une bonne chose. Un mot de la fin pour ceux qui veulent être aidé Positivité, parce que sans positivité on se casse la gueule. Merci à Ludivine pour ce témoignage touchant J’ai volontairement laissé les mots tels quels …car chacun doit pouvoir s’exprimer avec ses mots , ses ressentis …je trouve cela plus sincère et plus authentique ! Tu es une guerrière de l’anxiété ! Tu vas y arriver lili L’article Vous n’êtes pas seul : témoignage de Ludivine est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • L’angoisse nous pourrit la vie ….oui mais comment ?
    par lili le 23/07/2020

    Les crises d’angoisse et l’anxiété ont un énorme impact dans notre vie quotidienne . Notre couple ou nos relations sociales, peuvent être mis à rudes épreuves …ou comment l’angoisse nous pourrit la vie … L’unique but de cet article est informatif  Nombreux sont ceux, qui pensent encore,  que la crise d’angoisse  est un manque de courage OU qu’on exagère la situation ! Je ne vais pas revenir sur le processus d’une crise d’angoisse et tous les symptômes associés . Ce que je vais essayer de faire comprendre à travers cet article, c’est les répercussions d’un tel trouble dans la vie de tous les jours . Voici ce que vit réellement quelqu’un qui fait des crises d’angoisse dans son quotidien . Si vous en avez marre d’entrendre : fais un effort , tu exagères tout ! Ca n’est pas si terrible !  Faites leur lire ceci :  Dans les relations sociale ou de couple Il existe de nombreuses façons dont nos symptômes peuvent entraver nos relations sociales. • L’entourage   Par exemple, nos proches peuvent avoir du mal à comprendre à quel point l’anxiété  peut être écrasante . Nos peurs  leur semble irrationnelle et parfois exagérées . Ils ont souvent des difficultés à réaliser que certaines choses nous sont purement impossible à faire tant la panique prends le dessus . Pour eux cela parait facile et banals mais pour nous cela est tout simplement un moment de grande anxiété voire de terreur. Ils nous poussent à faire des efforts et aller dans nos retranchements pensant que c’est la bonne chose à faire …affronter nos peurs  C’est effectivement une bonne chose, mais il faut que l’initiative vienne de nous et non de quelqu’un  d’autre  Cela demande énormément d’énergie et de courage alors, il faut être préparé mentalement et non forcé ! Tout cela peut créer des conflits et des incompréhensions . Cela nous enferme aussi dans une prison dorée,  car comment expliquer à nos amis qu’on annule leur invitation juste parce qu’on a peur ou qu’on est trop stressé ?  Les premières fois seront peut être comprise mais,  à la longue certains risque de se lasser .. Les angoisses nous empêchent donc de passer du temps de qualité avec les gens que nous aimons, famille et amis  De plus, les personnes qui nous entourent sont susceptibles de ressentir la tension causé par notre état . Cela peut les stresser eux aussi . Ils se peut aussi qu’ils se sentent impuissants face à notre détresse . Comment expliquer ce flot de sensations terrifiantes qui nous emportent comme un tsunami  J’avoue qu’il n’est pas toujours facile de mettre des mots sur des maux  Le plus important est d’en parler même si cela doit être fait de manière maladroite Essayer de décrire vraiment ce que vous ressentez  Personne ne peut comprendre sans l’avoir vécu mais tenter d’expliquer la situation permet aussi à votre interlocuteur de mieux appréhender la situation et peut être de vous porter secours  Il y aura toujours ceux qui font semblant de ne pas comprendre ou qui s’agace devant la situation  Ceux -la vous le savez bien ne mérite pas votre attention  • Le couple  Les crises d’angoisse peuvent réellement jouer sur votre relation de couple, car si elles durent dans le temps , votre conjoint peut se lasser et ne plus supporter la situation.. Vous pouvez restreindre vos activités et vos contacts, et ceci peut être difficile à supporter pour votre entourage qui se sent pris au piège avec vous . Cela peut aussi, amener  chez vous de la culpabilité, car vous aimeriez ne pas faire subir cela à votre bien aimé mais vous n’y arrivé pas . Certains couples ne résiste pas à ça . Il faut en être conscient. Tout le monde n’a pas la capacité d’écoute et de bienveillance nécessaire  pour accompagner. Il s’agit d’une grande qualité, qui malheureusement ce fait de plus en plus rare… Si vous avez un conjoint qui vous soutient depuis le début, et qui ne semble pas se lasser de la situation, estimer vous ultra-chanceux (se) car cela lui demande beaucoup d’efforts et d’abnégation. Etre entouré de personnes bienveillantes et compatissantes est essentiel pour espérer s’en sortir . Comment voulez vous arrêter d’angoisser, si vous avez à côté quelqu’un qui vous dit s’en arrêt que vous exagérez et que vos angoisses l’ennui… Un soutien positif  est plus qu’indispensable. Ainsi les crises de panique, prennent généralement énormément de place au sein du couple ou dans le cercle familial . Les crises d’angoisse ne sont en rien anecdotiques dans vos relations Comme elles occupent en permanence votre esprit , elles occupent également vos conversations et les actions de votre vie quotidienne .Tout tourne autour de ça ou presque ( pour vous en tout cas)  Comme vous craigniez de faire une attaque à certains moments , vous anticipez chaque sortie ou chaque événement et vous stressez à l’avance.  Là ou pour d’autre la situation est banale , pour vous c’est une source de tension et d’angoisse . Comment arriver à faire comprendre à votre entourage que pour vous aller dans un supermarché est source de grande angoisse ? Comment faire comprendre que vous le voulez mais vous ne pouvez pas ? Beaucoup ont du mal a comprendre cette différence… Ca n’est pas un manque de volonté mais une incapacité . C’est plus fort que vous . Tout les « fais un effort » , « essaye au moins »  ne servent à rien. Le problème est ailleurs. C’est la peur qui prend le contrôle. Toute notre vie peur être chamboulée juste à cause des crises d’angoisse y compris  notre travail. Au travail  Difficile de travailler en ayant un trouble panique car tôt ou tard cela risque de se voir ….et ceci entraine beaucoup de stress. Beaucoup de personnes  gardent leurs symptômes secrets, et ont du mal à en parler au sein de leur milieu professionnel. Les mythes et les fausses croyances autour de ce trouble, justifie la crainte de jugements négatifs de la part des collègues. J’ai écrit un article sur cela justement : les fausses croyances autour des crises d’angoisse .C’est la méconnaissance et l’ignorance qui entraine les jugements hâtifs .  Outre la honte , l’anxiété et d’autres symptômes peuvent rendre difficile la concentration sur les vos taches professionnelles .Comment être attentif à ce qu’on fait lorsque l’inquiétude et l’angoisse occupe toutes nos pensées ? Comment rester serein et efficace quand on ne sait pas quand la prochaine crise d’angoisse frappera ?  A l’école  Beaucoup de jeunes sont touchés par les crises d’angoisse.  Ainsi , il  y a de fortes chances que leurs crises leur pourrissent la vie notamment à l’école .L‘adolescence est une période ou le « paraître » est très important…Il n’es pas question de montrer ses faiblesses alors qu’on a déjà tellement de bouleversements à supporter .  Faire des crises d’angoisse à l’école est particuilèrement difficile car il faut le cacher . Il faut paraître fort et sur de soi pour ne pas attiré les moqueries . C’est un âge ou l’on devrait s’amuser , sortir profiter de ses amis . Les solicitations sons nombreuses et en être privé peut être source de grande détresse.  Comment expliquer à ce garçon qui nous plait qu’on ne pourra pas se rendre à cette soirée car on craint  de faire une crise d’angoisse ? Comment dire que passer au tableau devant tout le monde est un facteur de grande angoisse ? Comment faire comprendre à ses amis qu’aller à ce concert est impossible pour nous, car trop angoissant ?  C’est le lien social qui est touché en premier quand on fait des crises d’angoisse. On se façonne à partir de ça, et c’est souvent à ce moment là qu’on développe un caractère introverti et hypersensible . On se retire des mondanités adolescentes, et on reste à la maison isolé , alors que l’on devrait explorer le monde et vivre un tas d’expériences fascinantes .  Le sommeil  Certaines personnes font des crises d’angoisse uniquement le soir et même pendant la nuit. On peut facilement en déduire que leur qualité de sommeil est plus que médiocre.  Hors, on sait bien que lorsque on dort mal , le reste de la journée est compliqué… La  nuit est source d’angoisse pour beaucoup de personnes . Mais, faire des crises avant de s’endormir, ou encore pendant son sommeil est particulièrement éprouvant .Ce qui devrait être un temps de repos et de relaxation devient un vrai champ de bataille. Impossible donc pour la personne de reprendre des forces et de recharger les batteries , elle est tout le temps en mode « angoisse extrême » S’ajoute à la fatigue, la frustration de ne pas réussir à avoir un sommeil normal. Tout comme manger et boire , dormir est un besoin vital. Les crises d’angoisse peuvent donc nous priver de besoins fondamentaux.  La fatigue engendrée dérègle aussi le système nerveux qui auto -alimente l’anxiété. Comme on est sur les nerfs, on a du mal à se détendre, et on crée inévitablement un cercle vicieux qui nous enferme dans le stress et l’angoisse .Cette mauvaise qualité de sommeil entraine les conséquences que l’on peut imaginer sur la vie professionnelle et relationnelle.  L’impact des crises d’angoisse nocturnes est réellement handicapant au quotidien .  En public  Le trouble panique peut aussi se manifester dans les lieux publics comme les supermarchés , les transports en commun, ou les salles d’attente … La plupart du temps , on évite de se retrouver dans ce genre de situation  Et c’est justement là le problème … On s’enferme dans une bulle, qui malheureusement correspond souvent aux 4 murs de chez nous … Le fait de souffrir de crises d’angoisse peut donc conduire à l’agoraphobie qui est un trouble pratiquement toujours associé aux crises d’angoisse  En plus d’être hyper anxieux, on se retrouve seul sans communication avec le monde extérieur  C’est cela aussi , les crises d’angoisse …on se coupe du monde, on se coupe de la vie .  Petit à petit , on perd tout contact avec les choses simples du quotidien  . C’est l’angoisse qui prend le contrôle et toute notre vie est mis entre parenthèse  On devient esclave de nos pensées .  En résumé Il y aurait encore beaucoup de choses à répertorier tant les crises d’angoisse peuvent perturber la vie quotidienne  Ceci n’est qu’une partie de l’iceberg  Chacun à sa propre expérience et ses propres ressentis, mais une chose est sure , souffrir de crises d’angoisse n’est pas un parcours de santé ! Si on a la chance d’être bien entouré c’est un peu plus facile… Par contre si on est dévalorisé et rabaissé , par des gens qui ne comprennent absolument pas ce que l’on vit , difficile de sortir la tête de l’eau …  Un petit rappel toutefois :  N’hésitez pas à en parler autour de vous . Essayez autant que possible d’expliquer ce que vous vivez et ressentez, car les autres ne sont pas dans votre tête, et ne peuvent pas deviner que vous souffrez si vous n’en parlez pas . La plupart du temps vous aurez une oreille compatissante et bienveillante . Je sais que cela n’est pas toujours possible ( surtout dans le cercle professionnel ) car les préjugés sur les crises d’angoisse sont nombreux . Mais n’oubliez pas : vous n’êtes pas tout seul vivre ça , vous n’êtes pas anormal , ça n’est pas un trouble mental , et vous n’allez pas devenir fou  Vous vivrez un moment difficile mais des solutions existent . Si je m’en suis sorti , vous le pouvez aussi !  Et vous qu’est ce que les crises d’angoisse vous empêchent de faire ? Aurélie ( lili)  Je vous recommande de lire : cet article L’article L’angoisse nous pourrit la vie ….oui mais comment ? est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Guérir des crises d’angoisse ? Comment s’y prendre ?
    par lili le 05/06/2020

    Vous n’en pouvez plus ! Depuis des années vous subissez ces foutues crises ! Qu’avez vous mis en place ? Des anti dépresseurs ? De la méditation ? Du sport ? Des exercices de respiration ?  Tout ceci est très bien si vous le faites ! Maintenant laissez moi vous dire une chose : pour guérir des crises d’angoisse il faut un plan…. Avoir un plan de guérison  Guérir des crises d’angoisse : qu’est ce que ça veut dire exactement ?  Est ce que cela signifie que je n’aurais plus de symptômes ? Est ce que je vais arrêter d’avoir peur ? Est ce que je ne ressentirais plus rien à l’approche de certaines situations ?  Guérir n’est pas l’absence de sensations . Guérir c’est ne plus avoir peur de ses sensations ! Dès l’instant où ne craindrez plus de faire une crise d’angoisse, vous serez guéri .  Donc peu importe si elles sont en là ou pas, peu importe leur intensité, guérir c’est continuer à vivre même en ayant des sensations  Car oui vous aurez toujours des émotions , des peurs , des inquiétudes , des appréhensions . Vous êtes humains . Ce qui change quand on s’en sort c’est qu’on ne craint plus de ressentir tout cela J’ai encore parfois des ressentis bizarres et inquiétants a l’approche de certaines situations stressantes  Oui je ressens encore le trac, la peur, l’angoisse aussi  Mais cela ne me perturbe plus  Je suis en paix avec tout ça  J’ai un plan  Si jamais ces sensations venaient à évoluer en crise de  panique je sais exactement quoi faire  J’ai un plan d’urgence et je l’applique. Je ne m’en fais plus tout une montagne !  Avoir ce plan me rassure et me cadre , et comme je suis  rassuré la crise ne vient pas, c’est un cercle vertueux  Vous avez compris l’idée  ?  Pour guérir , il faut avoir un plan  Prenons l’exemple de la perte de poids : Lorsque vous décidez de maigrir, vous faites  un régime, vous changer vos habitudes, vous avez des menus à suivre .  Maintenant et pour vos angoisses ? Suivez vous une routine un cadre, un protocole ?  Les crises d’angoisse sont une situation d’urgence, un événement exceptionnel, un incendie, une tornade… Comment êtes vous préparé ?  Pensez vous que les pompiers arrivent sur un incendie sans s’y être préparés ?  Non bien sur que non ! Il ont répétés en amont une procédure à appliquer en cas d’urgence  Pour les crises d’angoisse c’est pareil : il faut savoir quoi faire et ne pas subir les événements. Quand on a ce genre de plan, on est moins pris au dépourvu, on est préparé et on sait à quoi s’attendre  Comme on est prêt , on est moins stressé.  Si on stresse moins on évite peut être la crise  Soyez prêt au cas ou elle arrive . Car elle arrivera ! Comme les angoisses nous font partir dans tous les sens, être préparé en amont permet de garder un peu le contrôle sur les événements  Plan d’urgence pendant les crises  Ce plan c’est à vous de le mettre en place  Prenez une feuille, un crayon et préparez vous.  Comme pour une situation d’urgence  Que faire si l’angoisse commence à vous envahir ?  Que faire si j’ai du mal à respirer ?  Que faire si j’ai une sensation bizarre qui m’inquiète ?  Que faire si j’ai des pensées angoissantes ?  Que faire si je commence à paniquer ?  Qua faire si la crise arrive ?  Que faire pendant la crise ?  Que faire pour se calmer ?  Je vous donne toutes ces questions à titre d’exemple, mais je pense que vous avez compris l’idée… A vous d’établir votre stratégie . Il existe un tas de techniques et de méthodes à mettre en place pour se calmer ou faire passer la crise.  Pour info voici ce que moi j’aurais pu faire comme plan avec ces même questions :  Que faire si l’angoisse commence à vous envahir ?  ⇒ J’essaye de me rassurer en me disant que ce ne sont que des sensations  Que faire si j’ai du mal à respirer ? ⇒ Je me recentre je régule ma respiration, j’essaye de me calmer .  Que faire si j’ai une sensation bizarre qui m’inquiète ? ⇒Je n’y prête pas attention, mon corps est en mouvement, il se passe beaucoup de choses à l’intérieur de moi , ça n’est pas forcément quelque chose d’alarmant  Que faire si j’ai des pensées angoissantes ?⇒ J’essaye de rediriger mes pensées , je me rassure  Que faire si je commence à paniquer ?⇒ J’invite les sensations , je les accueille, j’accepte la situation .   Qua faire si la crise arrive ?⇒ Je laisse faire, je ne lutte pas  Que faire pendant la crise ?⇒ Parler à ses angoisses   Que faire pour se calmer ? Rien , laisser faire ou demander plus de sensations  Je vous donne tout cela en exemple bien sûr  Chacun à ses méthodes, ses techniques et à vous d’adapter votre plan bien évidemment  ça c’est pour l’urgence… Mais pour le traitement de fond on fait quoi ? Et oui car il faut agir aussi en profondeur,  pas seulement au moment des crises !  Travailler sur vous est la clef !  Vous mettre à l’épreuve est la solution  Vous devez vous entraîner en expérimentant la peur  Vous confronter aussi souvent que possible, à ce qui provoque vos crises d’angoisse  Comme pour vous désensibilisez… J’en ai déjà parlé dans un ancien post mais la technique d’exposition progressive est très efficace  Elle permet de s’exposer en douceur et à son rythme  Parce que la solution finale ne vendra pas de l’extérieur mais bien de vous ! Vous allez devoir vous faire violence si vous voulez vous en sortir ! Cette zone de confort que vous avez créé est votre prison mentale.  Vous ne pourrez en sortir qu’en explorant au-delà de cette zone de confort . Vous allez devoir vous challenger,  repoussez vos limites si vous ne voulez pas rester enfermé dans cette prison . Je sais cela n’est pas facile et demande énormément de courage et de determination .  Mais votre liberté est de l’autre coté. Si je n’avais pas fait cela : Aujourd’hui encore j’aurais peur de prendre le bus ou le métro . Je paniquerais à l’idee de rentrer dans un magasin , je me rendrais malade rien avant d’aller dans un endroit bondé, je ne pourrais plus aller à un rendez vous seule, je ne pourrais plus conduire etc… Je serais prisonnière de mes angoisses, de mon imagination , de mes anticipations, de mes évitements , de mon hypervigilance permanente . Je serais en enfer , un enfer mental .  Oui cela a été très compliqué au début. Puis petit à petit les choses sont devenus de moins en moins dures, et pour finir banales.  Préparez vous un plan d’exposition progressive  Faites une liste des choses qui vous font peur et affrontez les progressivement  L’avantage de cette méthode c’est qu’à chaque étape franchie vous reprenez confiance en vous, et vous déverrouillez des portes  que vous pensiez définitivement fermées .  Vous allez vous rendre compte que vous êtes capable  d’affronter beaucoup de choses ,y compris les choses  qui vous terrorise.  Vous allez retrouver la confiance que vous aviez perdue  Je le dis souvent l’espoir n’est pas une stratégie … Espérer que les choses s’améliorent ne fera pas changer la situation.  Avoir un plan est toujours une bonne idée  Il structure notre mental et nous cadre  Savoir quoi faire est rassurant et permet de contrôler un peu la situation  Alors avez vous un plan ?  Allez vous décider d’attendre que les choses s’améliorent d’elles mêmes ou allez vous mettre en place une stratégie ? Passez à l’action dès demain . Vous avez le pouvoir de changer les choses .  N’ayez pas peur. Vous avez toutes les ressources en vous pour pouvoir affronter cela . Croyez moi si je l’ai fait vous le pouvez aussi !  Demandez vous sans plus tarder , quelles actions mettre en place pour vous préparer à l’urgence et guérir des crises d’angoisse. Vous en capable ! Je vous assure .  Je m’efforce à travers ce blog de vous proposer des techniques efficaces que vous pouvez mettre en place seul . N’hésitez pas à parcourir mes articles  pour découvrir toutes ces méthodes … Guérir des crises d’angoisse ne se fera pas en un jour, mais c’est possible ! Avec tous mes encouragements  Aurélie ( lili pour les intimes ) L’article Guérir des crises d’angoisse ? Comment s’y prendre ? est apparu en premier sur je vais guérir.com.

  • Reconnaître les symptômes de la crise d’angoisse
    par lili le 27/05/2020

    Connaissez-vous vraiment les symptômes de la crise d’angoisse ? Je fais cet article car je me rends compte qu’il y a encore une grande méconnaissance de tous les symptômes liés aux angoisses. Les forums sont remplis de questions relatives à ce sujet. La peur commence souvent lorsqu’on se demande ce qu’il nous arrive…Comme nous ne sommes pas tous en dernière année de médecine, il peut être intéressant de connaître et de savoir reconnaître les symptômes de la crise d’angoisse. Dès l’instant où l’on sait identifier ces symptômes, on a de plus de chance de se détendre. On sait. Donc on n’imagine moins.  Mais au fait connaissez vous réellement tous les symptômes des crises d’angoisse ou ceux de l’angoisse elle même ?  Pour éviter de penser au pire, apprenez à les reconnaître Sachez que, l’anxiété peut provoquer une multitude de symptômes et de ressentis propre à chacun .Ils peuvent prendre des formes diverses et variés. Néanmoins la plupart des sensations sont: Sensations physiques  Le coeur : Palpitations : A cause du stress, le coeur se met à battre plus vite que d’habitude. Cela vous inquiète et il se met à battre encore plus rapidement. Rappelez-vous, ces palpitations sont parfaitement normales, votre coeur est un muscle incroyable et ne va pas s’arrêter ou exploser juste parce qu’il bat plus fort et plus vite.  La respiration :  Dès qu’on angoisse, la respiration devient de plus en plus courte et s’accélère.Certaines personnes ressentent également une gêne ou on la  sensation qu’on leur  serre la poitrine. Ces symptômes entraînent la peur de manquer d’air ou de s’étouffer.  Sachez que votre corps sait exactement ce qu’il a à faire. Il existe un mécanisme respiratoire indépendant de votre volonté. Même si vous êtes inquiet, votre corps continuera de respirer.C’est un réflexe Cette respiration saccadée, vous l’avez déjà expérimentée : en montant les escaliers, après avoir fait un sprint, après un effort intense. Pourtant, vous ne vous êtes pas étouffé. Votre respiration s’est régulée, toute seule.  Vertiges, malaise :  Quand on expérimente des hauts degrés d’anxiété ou d’angoisse, il est très commun de se sentir mal et d’avoir des vertiges. Ces sensations sont dues à l’hyper ventilation et l’augmentation de la pression artérielle.  Sachez qu’il y a peu de chances de perdre connaissance, en raison de la quantité de sang qui circule (augmentation de la pression artérielle).  Nausées :  L’angoisse a un impact direct sur l’intestin. Les hauts taux d’hormones du stress entraînent des troubles intestinaux tels que les nausées mais aussi des maux d’estomac.  La peur de vomir peut être une résultante de ces symptômes.  Gorge serrée : L’angoisse peut causer une sensation de gêne dans la gorge.  Ceci est le résultat de la tension musculaire accumulée dans cette région. Cette sensation n’est pas dangereuse pour l’organisme.  Maux de tête:  Les migraines font aussi parties des symptômes les plus répandues à cause de l’angoisse.  Certains décrivent une douleur sourde et d’autres comme un bandeau très serré autour de leur tête.  Ces symptômes sont souvent associés à une hypersensibilité à la lumière, aux sons, et aux mouvements. Ceci est dû aux resserrements des muscles de la tête, du dos, des épaules, et de la nuque.  Encore une fois, bien que pénible, ces symptômes ne sont pas dangereux.  Vision floue  Cette sensation est souvent causée par la fatigue mais aussi parce que  les muscles des yeux perdent de leur élasticité avec l’âge.  Dans le cas de trouble anxieux, le stress cause une dilatation rapide des pupilles, et entraine une vision floue.  Jambes molles : Quand on est angoissé, l’adrénaline est libérée dans tout le corps. Cette adrénaline peut vous faire ressentir une sorte de faiblesse musculaire en particulier dans les jambes car c’est elles qui soutiennent le reste du corps.  Il est important de noter que même si vous avez l’impression qu’elles deviennent plus faibles, ça n’est pas le cas. Elles pourront toujours vous soutenir.  Tremblements : C’est un symptôme très commun.  Ce sont les muscles qui libèrent leurs tensions. Cette sensation ne doit pas être interprétée autrement et elle doit être même encouragée. Vous pouvez aider votre corps à se décharger en accompagnant et encourageant les tremblements de l’ensemble du corps.  Picotements :  Quand la crise d’angoisse est là, beaucoup de personne disent ressentir des picotements. C’est une impression d’être piqué par des aiguilles généralement dans les mains, les bras, la bouche et les pieds.  Pas de panique, ces sensations sont normales et inoffensives. Elles sont le résultat de votre forte anxiété, rien d’autre.   Sensations mentales Sensation de perdre le contrôle :  Cette sensation de perdre le contrôle peut être physique ou émotionnel Ceci est dû aux bombardements d’hormones de stress dans votre système Votre esprit pense que si votre corps perds le contrôle, il sera le prochain sur la liste… Rassurez-vous, vous n’allez pas devenir fou. C’est une mauvaise interprétation de votre esprit.  Dépersonnalisation  Le sentiment d’irréalité est souvent cité dans les symptômes les plus perturbants des crises d’angoisse. Cela se traduit par un changement de la perception. Des objets et des situations familières deviennent soudainement étranges ; On a l’impression de voir le monde derrière un brouillard ou derrière une vitre.  Cette sensation a deux causes :  L’accumulation d’hormones de stress provoque une réponse retardée lors de l’envoi d’informations entre les sites de neurotransmetteurs. Ce léger retard entre l’expérience et la pensée peut créer une sensation momentanée d’irréalité Il y a également une théorie selon laquelle ce serait un mécanisme de protection utilisé par votre cerveau pour vous empêcher de subir un traumatisme La crise d’angoisse entrainant une anxiété intense, votre cerveau déclencherait la dépersonnalisation comme un mécanisme de protection afin de vous protéger de l’impact émotionnel de cet événement.  Cette sensation bien que très pénible, est donc normale et sans danger pour votre santé mentale.  Pensées angoissantes  Elles sont le résultat de votre anticipation .Vous avez peur de ce qu’il se passe en vous, alors vous imaginez un scénario catastrophe.  Peur de devenir fou  C’est un sentiment qui est uniquement basé sur le manque d’informations et une réaction excessive.  Les crises d’angoisse ne causent pas de troubles psychiatriques tels que la schizophrénie ou la bipolarité. L’origine de ces derniers est génétique. # Chaque personne est différente. Vous pouvez n’avoir qu’un seul des ces symptômes, ou au contraire plusieurs d’entre eux. L’important est de savoir les reconnaitre ! Mon expérience personnelle  Personnellement j’ai eu un mix de tous ces symptômes .Je n’ai pas connu la déréalisation mais je  me doute que cela puisse être terrifiant… Pour ma part, l’angoisse commençait dès le matin avec une sensation d’oppression et de malaise. Cela continuait généralement par des palpitations , l’estomac noué et l’impression des vertiges pour le reste de la journée . Au niveau mental , j’avais bien évidemment des pensées angoissantes et des pensées obsessionnelles du genre : je vais « tomber dans les pommes » , je n’y arriverais pas , je vais paniquer , je vais faire une crise d’angoisse etc…accompagnées d’une peur intense et handicapante.  Mettre des maux sur ce que l’on ressent dans ces moments là, n’est pas toujours évident.  C’est un ressenti global  et parfois diffu, un peu comme une vague qui nous traverse. Tout ce que l’on peut dire parfois, c’est que cela est très  désagréable et qu’on se sent mal sans pour autant définir ce qui ne va pas.  L’angoisse est un état,  pas une douleur précise comme lorsqu’on se brule ou on se coupe..  La crise de panique par contre, est plus facilement identifiable car les  sensations sont violentes et puissantes.  Pas de doute possible ! ( quand on a l’habitude évidemment )  C’est si violent, qu’on pense souvent à quelque chose de pire comme une crise cardiaque ou un AVC. Il y a beaucoup de similitudes au niveau des symptômes. C’est pourquoi on peut avoir un doute… Comment faire la différence entre une crise cardiaque et une crise d’angoisse ?  Pour compléter mon article : symptômes crise d’angoisse  Rappel : rien ne remplace l’expérience et le professionnalisme d’un médecin  Si vous pensez qu’un de ces symptôme est inquiétant, et qu’il n’est pas de l’anxiété, consultez pour en être sûr Et vous quels sont vos symptômes ? L’article Reconnaître les symptômes de la crise d’angoisse est apparu en premier sur je vais guérir.com.