La tribu de Chacha

  1. Home
  2. »
  3. Voyage
  4. »
  5. La tribu de Chacha
Description:

Blog voyage d'une maman, working girl qui pendant son temps lire partage ses aventures de voyage.

 

Website:

Envoyer un message à un modérateur

  • Mon carnet de voyage à Charleroi
    par Chacha Aventurière le 25/09/2020

    J'aime bien avant de vous parler d'une destination que j'ai eu l’occasion de découvrir vous partager mes coups de cœur.Ici c'est un peu particulier, c'est un citytrip dans une ville à la réputation peu flatteuse. Mon 1er conseil avant votre départ n'en parlait pas à des Flamands. Chose que j'ai malheureusement faite la veille de notre départ. Moi, qui étais super enthousiaste, je l'étais un peu moins après notre conversation.Suite à cela, je suis allée me perdre sur internet à la recherche d'informations sur notre hôtel. Après quelques clics, je n'avais franchement plus envie d'y aller. Mais plus du tout !Il m'arrive régulièrement de dire à ma fille qu'il ne faut pas se fier aux avis des autres, et se faire son propre avis. Ce principe s'applique dans de nombreux domaines de la vie, et encore plus en matière de voyages.Nous sommes d'accord que le meilleur moyen de savoir si cette ville est vraiment si moche, et si terrible, c'était d'y aller et de constater par nous même si ce qu'on raconte est vrai.Dans les faits, étant attendu par Emilie du blog Emilie en Wallonie pour un tournage pour VivreIci.be le dimanche, je n'avais que d'autre choix que d'y aller.Et voilà, comment un vendredi soir de fin août, je me suis retrouvée à partir en week-end à Charleroi avec Heito avec je l'avoue un peu des pieds de plomb.De Charleroi, je connais avant tout que son aéroport, sa réputation de ville la plus laide du monde (carrément), et son street-art. L'un étant supposé contre balancer l'autre.Charleroi en photos Et pour être toute à fait honnête avec vous, tout au long de ce week-end j'ai eu mon lot de surprises.De bien belles surprises ponctuées de très belles rencontres, certaines sous le soleil, d'autres sous la pluie. Mais dans les 2 cas, elles m'ont mis le sourire.Ces 2 jours ont été géniales. Toutefois, je me demande si sans ces rencontres, j'aurai eu le même ressenti. Je pense que Charleroi ne se laisse pas apprivoiser seule.Mais avant de vous en parler plus en détail dans un prochain billet , voici une mise en bouche (rhooo la déformation professionnelle) avec une balade en photos qui pour moi résume bien le caractère de Charleroi.Il vaut mieux être à Charleroi avec l'être qu'on aime qu'à Venise avec celui qui vous ennuie.Françoise Dorin J'ai soupé en humant l'odeur des soupiraux d'où s'exhalaient les fumets des viandes et des volailles rôties des bonnes cuisines bourgeoises de Charleroi.   Correspondance, 8 octobre 1870  Arthur Rimbaud La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre. Gandhi Je suis certaine que vous attendiez à beaucoup de photos de street art, et bien figurez vous que ce n'est pas ce qui m'a marqué le plus. Promis je vous en dis plus très bientôt dans un billet plus développé.Ce week-end a été organisé en partenariat avec Wallonie Tourisme, Merci à eux pour la super organisation et à Emilie pour la carte postale pendant le confinement, carte postale qui est à l'origine de tout de formidable séjour.Les émotions et les avis ci-dessus représentent mon ressenti.N'oubliez pas si vous aimez cet article de la commenter, et/ou de le partager.

  • Ma paire de chaussures fétiche
    par Chacha Aventurière le 15/09/2020

     Jour de reprise pour le blog, jour de reprise au bureau ... c'est une grosse journée aujourd'hui !Se réveiller en disant que nous sommes le 15 septembre qu'il ne faut pas oublier de poster la photo du mois. S'auto-persuader que finalement nous ne sommes que le 14 et qu'il me reste une journée, pour finalement découvrir que nous sommes bien le 15 ! Je suis forcée de constater que ces 9 derniers jours de vacances  (hors week-end) ont eu leur effet et que j'ai bien déconnecté si j'ai complètement perdu la notion du temps.Voilà que je jette un oeil sur le calendrier, mi-septembre est bien là, encore 3 mois 1/2 et cette étrange année  twenty twenty sera terminée ... je pense que pour une fois nous serons tous ravis de changer d'année. Espérons que twenty one sera bien meilleur pour tout le monde !Ce mois-ci c'est Xoliv' la boss, avec le thème : "The paire de chaussures"Note de l'auteur-e: & portées (pour la mise en scène) Parce que LES CHAUSSURES sont notre style, montrez moi/nous vos plus chics. Parce que s'il n'y en avaient qu'une ce serait cette paire... le plus simple VOUS LES PORTEZ, avec ou sans chaussettes, collants, poils, fermées ou nus pieds ... et d'en haut vous les prenez en photo ... attention alors à soigner la mise en scène ... vous pouvez aussi faire un autre point de vue, je ne vous en voudrais pas pourvu qu'elles soient portées. Allez montrez nous vos chaussures , vos chevilles, soyez smart ... c'est mon côté fétichisteJe suis fan de ballerine, mes chaussures de vieilles comme dit ma fille. Avec mes ballerines je pourrai aller au bout du monde. Mais le plus difficile sera toujours de quitter mes sandalettes à la fin de l'été pour enfermer mes pieds dans des chaussures (ballerines ou autres). Mes orteils sont tellement heureux de vivre à l'air ! Mais restons dans le thème, et suivons le mouvement, c'est par ici il suffit de suivre la flèche !Et les autres qu'ont ils aux pieds !Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Chris M, Christophe, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv'.On se retrouve le mois prochain pour une nouvelle participation, et si vous avez râté la précédente voici un lien vers le mois d'août 

  • Tourcoing la ville oubliée
    par Chacha Aventurière le 01/09/2020

    Lille, Roubaix, Tourcoing La première je vous en parle assez souvent, la seconde aussi, quand à la troisième tout le monde l'oubli. Enfin presque, je vous en ai parlé au début du blog en vous emmenant visiter son jardin botanique, je vous disais combien j'aimais ses rues fleuries, et depuis plus rien.Si aujourd'hui, je vous embarque pour une visite de Tourcoing c'est pour En France Aussi, un rendez-vous mensuel dirigé par Sylvie du blog Le Coin Voyageur, avec chaque mois un nouveau thème. Pour la rentrée, c'est Alexis du blog Le Petit Explorateur qui nous demande de vous parler d'une ville mal aimée. Il est donc plus que temps que je vous parle de Tourcoing.Son histoireTourcoing est la troisième plus grande ville des Hauts de France, après Lille et Amiens. Et la seconde en nombre d'habitants de la MEL. La MEL signifie Métropole Européenne de Lille, elle regroupe 95 communes pour 1 000 000 habitants. Tourcoing et Roubaix lors de la révolution industrielle ont connu un essor économique exponentiel grâce au textile. Si toutes les 2 ont été éprouvées depuis les années 70 sur le plan économique. Tourcoing s'est complètement effacée au profit de la ville voisine, c'est à dire Roubaix. Entre les villes il y a toujours eu une rivalité.  L'une a cependant su prendre le train plus tôt pour retrouver une nouvelle dynamique et tirer bénéfice d'un trésor inestimable : le musée La Piscine. Tourcoing a bien essayé, et essaie encore mais elle n'a pas l'énergie qu'ont ses grandes sœurs qui ont une longueur d'avance. C'est triste ce que je dis là, mais c'est tellement vrai. J'ai vu mourir son centre ville petit à petit. Je l'ai vu des dizaines de fois en travaux, mais rien n'y fait malheureusement, il manque toujours un truc pour que le succès soit au rendez-vous.L'arrivée du métro, nous a permis de nous rendre encore plus vite sur Lille.  Cela partait d'une bonne intention, mais au final les clients préfèrent aller où se trouvent les grandes enseignes. Et je ne vous parle pas de son plan de circulation qui rend chèvre les Tourquenois eux même. A chaque passage dans la ville, ils ont changé ceux-ci ou ceux-là, et on perd rapidement tout espoir d'arriver à destination dans les temps. Je viens d'en faire l'amer expérience il y a quelques jours, et suis arrivée avec 10 minutes de retard à mon rendez-vous.Aujourd'hui, je vous propose de prendre un peu de temps, vous et moi pour nous balader en levant la tête, et s'arrêtant ici et là, poser un autre regard sur Tourcoing. Je vous propose une balade photographique qui je l'espère vous incitera la prochaine fois que vous passerez par là à prendre le temps de vous y arrêter.C'est par ici qu'on va par là !On commence par la maison du collectionneur qui se situe à coté de l'hôtel de ville, elle date de 1911. La façade néo-flamande de cet hôtel particulier est un vrai chef d'oeuvre. Paraît que l'intérieur n'est pas mal non plus avec des vitraux de Murano, et des serrures qui remontent au XV et XVIéme siècle. En 2015, un article paru dans la Voix Du Nord nous en apprenait un peu plus sur ce lieu exceptionnel.On passera ensuite la Grand Place, on prendra le temps de s'arrêter au pied de Saint Christophe. Peu de personnes le savent mais il s'agit de l'un des plus beaux édifices Néo Gothique de la région, et il possède le 4éme plus gros carillon de France. (62 cloches et un bourdon de plus de 4 tonnes).A sa droite se trouve le centre commercial St Christophe, inauguré en 2011, son succès est mitigé. C'est de la que l'on peux prendre le tramway pour Lille (certains disent le Mongy) . Installez-vous confortablement, au cours des 30 prochaines minutes, vous aurez tout le loisir d'observer les belles demeures qui longent le boulevard de la Marne. Encore quelques pas, et voici l''ancienne chambre de commerce avec son Beffroi d'angle comme celui, je vous le donne en mille de Lille . Bien plus petit et célèbre que celui de Lille certes, il mérite quand même qu'on s'y attarde. De style Néo Flamand, il a été construit entre 1903 et 1906 lorsque l'industrie textile était des plus florissante.Nous voici devant les arcades, ce bâtiment est immense. Réalisé en 1930-32, il longe l'Avenue Gustave Dron qui mène à la gare. Réalisé en béton, sa façade est rehaussée de céramiques émaillées. Dans sa galerie se trouve des boutiques, et aux différents étages des appartements de standing. Il y a quelques années, j'habitais pas très loin. J'y avais quelques habitudes.La Maison Folie Hospice d'HavréC'est un lieu que j'aime beaucoup. Je l'ai découvert un jour d'hiver sous la neige, j'y suis retournée dernièrement par un jour de canicule. Le jardin se décline autour du thème de l'eau et des plantes médicinales. Cet ancien monastère, Notre Dame des Anges, date du XVII et XVIIIéme siècle. Aujourd'hui c'est un lieu d'échange autour de l'art. Une bien belle reconversion de ce lieu ancestral.                  Sinon quoi de neuf ?Comme je vous le disais un peu plus haut, Tourcoing s'est aussi bougé pour donner une nouvelle identité architecturale.Il y a par exemple l'école des douanes françaises qui a pris place sur les fondations d'un ancien hôpital. Juste à côté, un tout nouveau commissariat aux lignes épurées a vu le jour il y a peu aussi.Pendant ce temps là d'autres bâtiments attendent une nouvelle vie ... A qui sait lever la tête, les rues de Tourcoing réservent de bien belles surprises .Par ici le petit coin de verdureA Tourcoing, on aime les fleurs depuis des années. D'ailleurs depuis 2005, elle appartient au cercle très prisé parait il des "villes 4 fleurs" au Concours National des Villes fleuris. Que vous arriviez par l'autoroute, le boulevard de la Marne ou de la Liberté, mais encore pas le boulevard industriel chaque terre-plein, rond point est planté mais surtout très bien entretenu.Voici quelques chiffres qui feront pâlir bien des communes :120 hectares d’espaces verts11 parcs et jardins277 000 plantes, 300 points fleuris et 15 000 arbres sur l’espace public12 000 m² de serres pédagogiques26 ha de berges vertes à découvrir le long du canal de RoubaixTourcoing est d'ailleurs une des villes les plus vertes de France ! Laissez-moi vous faire découvrir le Parc Clemenceau. 500 arbres, dont des arbres classés remarquables, des plans d'eau, des aires de jeux, des terrains de jeux de boules (très important le jeu de boules) Je m'y suis arrêtée dernièrement avant d'aller à un rendez-vous. Entre les coins-coins des canards, j'ai pu observer un groupe de retraités faire du sport tout en douceur. Un vrai havre de paix ce parc.Mais à part çà y a quoi encore à TourcoingEn écrivant ce billet, je me suis rendue compte moi même que je passais à côté de beaucoup de choses comme :- Tourcoing les bains : un pôle loisirs aquatiques situé en pleine ville- Un conservatoire de musique dans un immeuble qui date de 1892- Le MuBa Eugène Leroy installé dans un hôtel particulier du XIXéme siècle- La maison du Broutteux, cette maison a été offerte par les Tourquenois à Jules Watteuw un poète patoissant dit "le Broutteux"- Le monument aux morts, il est considéré comme l'un des plus beaux du Nord.- Le musée du 5 juin 1944 situé dans un bunker - Les maisons Prouvé, il en reste 5 France dont 2 à Tourcoing.- L'Institut du Monde Arabe dans l'ancienne piscine municipal.J'ai étais surprise par toutes ces choses que cette ville a nous offrir sur le plan culturel. Et vous vous attendiez à tant de choses à voir.N'hésitez pas à vous abonner à leur page Facebook ou à la newsletter de l'Office du Tourisme, ils pourront vous aider à préparer votre visite.Office de Tourisme9 rue de Tournai+33 (0)3 20 26 89 03http://www.tourcoing-tourisme.com/default.aspHoraires d'ouverture :du mardi au samedi de 9h30 à 12h30et de 14h à 18h (sauf jours fériés) fermeture à 17h30 le samedi 

  • Solidarité
    par Chacha Aventurière le 15/08/2020

    Cela fait quelques jours que je me tracasse pour trouver une photo en rapport avec le thème de ce mois d'août. Parfois, on arrive à faire une montagne d'un tout petit rien.C'était avant que mon monde s'écroule !Hier, nous avons appris (par hasard) que l'hôtel ou nous devions passer nos vacances est fermé et qu'il ne réouvrira que le 17 septembre. Nous serions arrivés devant des portes closes #TropDeLaChance.Donc depuis hier on cherche un plan B. En vrai, je pense qu'on a fait tellement de plan que l'on doit être arrivé à Z. Heureusement que le docteur m'a dit de ne plus stresser, de plus m'inquiéter. J'ai tellement tiré sur mon corps, qu'il y a 3 semaines maintenant il a lâché prise, et mon cerveau a fait un AIT (c'est un AVC light). Après 4 jours à l'hôpital, une bouche qui de temps en temps encore bouge toute seule, et mon oeil droit qui n'a pas retrouvé toute sa vision, je vais bien. Moi qui aspirait de partir en vacances, me poser 13 jours au soleil et profiter. Aujourd'hui, j'ai des billets vers une destination avec des hôtels à des prix affolants et en dessous de ce que j'avais réservé.Y a pire dans la vie, sur mon lit d'hôpital j'ai appris à relativiser. J'ai discuté avec des infirmières, la première ligne comme on dit...de beaux moments d'échanges et de partages. Aujourd'hui, nous sommes le 15 août 2020, il est midi voici la photo du mois.Thème : Solidarité, choisi par El Padawan Note de l'auteur-e : Parce que ces derniers mois, on a eu plein de raisons d'en faire preuve, partout dans le monde...Et les autres participants qu'ont-ils trouvé ? Akaieric, Amartia, Blogoth67, Chris M, Christophe, El Padawan, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv', écri'turbulente.Si vous avez manqué ma précédente participation, retrouvez là en un clic

  • Sur les traces du passé industriel d'Halluin
    par Chacha Aventurière le 09/08/2020

    Ville florissante pendant des années, Halluin a subi de plein fouet les différentes crises économiques.De ma grand-mère qui me racontait comment elle changeait d'usine pour quelques francs de plus de l'heure, à mes 1ères recherches d'emploi dans les années 1990,  il faut malheureusement constater que le riche passé industriel de la ville qui m'a vu naître n'existe plus. Enfin  naître pas vraiment, puisque je suis née à Menin en Belgique. Comme beaucoup d'Halluinois de ma génération d'ailleurs. Aux 1ères contractions nos mamans filaient à la maternité la plus proche, c'est à dire en Belgique. En ce temps là, il existait une convention entre nos 2 pays. C'était bien plus simple, maintenant l'Europe et son administration sont passés par là, et les jeunes mamans doivent courir vers Tourcoing, ou Lille, c'est à dire à une vingtaine de kilomètres dans le meilleur des cas.De mon enfance, je garde le souvenir de toutes ces usines qui tournaient encore à pleins régimes. Des commerces où chaque commerçant connaissait le nom, ou le prénom de ses clients. Mes parents travaillent dans une usine de fabrication de papier peint, dans un atelier qu'on appelait la mine d'or. Décofrance employait 700 personnes à l'époque, aussi bien des français que des belges. Pendant plusieurs années, il était plus intéressant pour un belge de venir travailler en France que l'inverse. Le statut (fiscal) de travailleur frontalier a disparu en 2010. Il reste cependant valable pour ceux qui ont signé leur contrat de travail avant cette date. Revenons à mes parents ... mon papa a commencé à travailler à 14 ans dans cette entreprise. Lui et l'école n'était pas bons amis. A la fin de leur carrière, mon papa était cloueur, et ma maman étaleuse. Ils fabriquaient des catalogues de papier peint (comme ceux qui vous voyiez encore chez Leroy Merlin ceci dit). Elle en a fait des kilomètres à pied à étaler des rouleaux ma maman, et mon papa avait lui, une énorme callosité au milieu de la paume de sa main à force de tenir son marteau. C'était difficile mais ils étaient heureux. Ils aimaient leur travail, et jamais je ne les ai entendu se plaindre de devoir aller à l'usine. Jamais ...L'usine n'est plus, elle a été détruite il y a quelque mois. Elle a longtemps était abandonnée jusqu'à ce qu'un plan d'urbaniste soit établi, un promoteur immobilier trouvé et voilà que derrière le seul dernier vestige de Décofrance, derrière ce vieux portail rouillé pousse un tout nouveau quartier.Au cours d'une balade, j'ai eu envie de figer les dernières traces encore visible du temps où Halluin était une ville prospère. Au départ, je voulais faire que du noir et blanc pour donner un côté intemporel à mes photos, et puis je me suis dit que c'était la vie.  N'oublions jamais que là où il y a de la vie, il y a de l'espoir donc de la couleur.Rue de la LysLa rue de la lys porte bien son nom parce qu'elle suit le cours de la rivière La Lys qui fait office de frontière naturelle avec la Belgique. Dans cette rue, il y avait de nombreuses usines textile. Cela allait du tisserand à l'atelier de confection, aujourd'hui il n'en reste que 2.                                               Mais ce n'est pas tout. Il y avait aussi de nombreux petits commerçants. Allons jeter un coup d'oeil ce qu'il en reste.Dans les rues d'HalluinAu cours de cette balade, j'ai pris le temps d'explorer l'ancienne gare.Et oui, il fût un temps où nous avions un gare à Halluin. Aujourd'hui, c'est un formidable terrain de jeux pour les street-artistes locaux, et les amoureux des explorations urbaines.

  • Parc en fête du côté du musée Louvre Lens
    par Chacha Aventurière le 19/07/2020

    L'été sera peut être chaud à Saint Malo, mais l'été sera culturel et bucolique à Lens.Alors que l'été 2020 pointait doucement son nez, nous sommes allées pour notre première sortie culturelle post confinement au Louvre Lens voir l'exposition Soleils Noirs. C'était l'occasion de revoir Lens, de s'aérer et de sortir enfin de notre périmètre imposé.Il faut 45 minutes depuis Halluin pour rejoindre Lens via l'autoroute A1. Tous à nos blablas pour passer le temps (j'étais en mode pilotage automatique.), j'ai suivi machinalement les instructions du GPS, puis les panneaux qui indiquaient le parking P1 Musée Louvre Lens. Pas du tout concentré, nous avons fini par arriver aux pieds des (immenses) terrils jumeaux de la base 11/19 de Loos en Gohelle. Ensuite, nous nous sommes perdus (un peu) dans les rues de  Lens, pour enfin arriver sur un immense parking presque au milieu de nul part.Cela m'a perturbé un temps, d'habitude nous arrivons par le centre ville via le stade Bollaert. Mais là, je n'arrivais pas à nous situer par rapport au musée. Les panneaux de direction présents ont semé le doute dans mon esprit. A droite, à gauche, je ne savais plus. Mais où étions-nous ? Une dame qui promenait son chien nous a conseillé de suivre le chemin tout simplement, sachant que tous les chemins mènent au musée, je me suis dit que c'était une idée comme une autre. Nous sommes donc partis à l'aventure en suivant ce chemin bordé d'immenses arbres. (oui j'ai tendance à vite tout transformer en aventure 😉),Pendant notre exploration, nous étions accompagnés d'une douce mélodie composée par le chant des oiseaux, et le vent dans le feuillage d'arbres qui semblaient s'étirer vers l'infini. J'aurai pu marcher pendant des heures tellement cette balade était des plus agréable. Plus on avançait plus nous étions détendus, apaisés. Parc en fêteChemin faisant, je me suis laissée envahir de plus en plus par la quiétude du parc. Personne aux alentours, une impression d'être seuls au monde, en total harmonie avec la nature, j'étais bien...nous étions biens, est ce que je vivais un instant de bonheur ? La réponse est oui !Nous sommes finalement arrivés au bord d'un bassin bordé lui aussi d'une belle végétation, un lieu qui m'a immédiatement conquise.  Vous savez ce moment où vous ne savez pas pourquoi, ni comment, vous avez un tout à coup un véritable coup de cœur pour un lieu. Et bien c'est ce que j'étais en train de vivre.C'est fou, moi qui ai toujours vécu en ville, j'ai besoin de son énergie. Nous sommes des urbains, mais plus j'avance dans ma vie plus j'ai besoin de me retrouver régulièrement dans des lieux calmes en contact avec la nature. Laisser mon regard plonger au cœur d'une fleur, ou encore laisser mon esprit s'évader en observant une abeille.Ce jour là, mon esprit s'est laissé captiver par une installation présente au centre du bassin. Elle s’intégrait tellement bien dans le paysage que cette oeuvre très aérienne a su saisir mon âme et lui a permis de s'évader encore plus. Si un Claude Monet des temps modernes pouvait passer par ici avec ses pinceaux, il ferait de ce lieu un nouveau jardin de Giverny.Cette création envoûtante de Ludivine Dumont et Didier Ferment s'appelle : "notes bleus". Comme dit Heito, j'ai été maraboutée. L'eau et le vent sont les chefs d'orchestre d'une mélodie silencieuse qui nous font voyager vers des contrées imaginairesEn amoureux, ou seule, nous étions plusieurs à contempler cette oeuvre contemporaine avec des étoiles à la place des yeux.Nous étions (très) nombreux ce jour là dans le parc, et pourtant tout était calme et reposant. Certains admirer les fleurs, d'autres se reposaient dans l'herbe et profitaient du soleil. Les enfants étaient attentifs aux explications des grands. Curieusement ils ne jouaient pas au ballon, leur curiosité avait faim de savoir, de comprendre et c'était beau à voir.ᓬ Petite aparté entre la rédaction de ce billet et sa publication, j'ai discuté avec un papa qui est allé à Lens avec son fils en bas âge. Il me faisait remarquer que dans le parc il n'y avait pas de jeux dans le parc adapté pour eux. Comme je ne suis plus concernée par les petits enfants cela n'avait pas interpellé. Mais je peux comprendre que certains parents aient envie de se poser, et laisser leur enfant jouer tout simplement. Maintenant à voir comment cela peut s'intégrer ᓬNous sommes ensuite allés voir l'exposition Soleils Noirs. Nous aurions pu profiter davantage du magnifique soleil (jaune celui là) et de la nature environnante, mais nous étions venus à la base pour voir cette exposition dont tout le monde parle en ce moment.Entre le jour à la nuitMettre le noir en lumière en voilà une belle idée !Mais "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir" disait Johnny, alors que pouvez-bien nous réserver cette exposition ? D'autant que le soleil, lui inspire la joie, les jours heureux et l'été. Avions-nous rendez-vous avec une nouvelle interprétation du Yin & Yang sans le savoir ? Je suis partie du principe que "SOLEILS NOIRS" ne pouvait qu'évoquer une forme d'équilibre entre le jour et la nuit avec une secrète envie de me tromper, et une terrible envie d'avoir raison quand même.Après avoir mis notre masque, nous être désinfecté les mains, avoir fait la queue en respectant la distanciation, en attendant que quelqu'un quitte l'exposition (au passage merci à l'agent de sécurité qui a géré tout cela avec calme et avec le sourire) et nous avons enfin pu plonger dans le noir.Parce que c'était exactement cela, nous avons littéralement plongé dans le noir. La visite se fait à la lumière du jour, il n'y a aucun éclairage artificiel. Nous étions en  fin de journée, et nous étions à la limite de la peine ombre. Nous avons pu admirer le noir sous différentes formes et interprétations. Au pays des gueules noires, le noir y prend tout son sens. L'art sous toutes ses formes le sublimant a travers les siècles, et les continents mais aussi les religions. Le noir est bien plus qu'une "couleur", il s'oppose au blanc, il ne reflète que partiellement la lumière. Le noir est il vraiment obscur ou tout simplement mystérieux ? Au fil des différentes approches, le noir se fera gris puis contemporain et intemporel pour être mis finalement en lumière sur un fond blanc.Explore sans finAprès la visite, c'est un soleil brûlant qui nous attendait dehors. Tout naturellement, nous avons cherché un peu de fraîcheur en longeant à nouveau le bassin. Cette fois, ceux sont des ruches qui ont attiré mon regard. Le temps de prendre quelques photos, et voilà que j'avais perdu Heito.Je décide alors de partir à l'aventure (encore !)  en suivant un chemin tracé dans les herbes, puis un autre, et encore un autre ... au lieu d'avancer, je revenais sur mes pas, et tout çà pour mon plus grand plaisir.  J'en perdais carrément mon sens légendaire de l'orientation, mais cela m'était égal. Au hasard de mes avancées, j'ai croisé de jolies fleurs, où encore une oeuvre d'art posée là, puis encore des fleurs, puis un autre chemin. Chemin faisant, j'ai réussi par trouver une allée, puis un panneau et j'étais enfin sur la bonne voie pour retrouver mon cher et tendre qui m'attendait (sagement) à côté de la voiture à l'ombre d'un arbre.Il était temps de reprendre la voiture et de filer vers le Nord retrouver notre quotidien. Cette après-midi dans le parc du Louvre Lens a été magique, en plus de la visite de l'exposition temporaire. Le temps d'une après-midi, enfin de quelques heures, nous avons pu nous évader, recharger nos batteries pour mieux appréhender la réalité.   Informations pratiques :Prévention COVID-19 :Le port du masque est obligatoire pour tout le monde à partir de 11 ans dans l'enceinte du musée.La visite se fait par maximum par groupe de 5 personnes.Il convient bien entendu d'observer la distance physique entre les personnes.Musée du Louvre-Lens99 rue Paul Bert 62300 Lenslouvrelens.frLe musée est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18hFermeture des caisses à 17h15Le parc est ouvert tous les jours, y compris le mardi, de 7h à 21hLa galerie du temps, et le pavillon de verre sont en accès gratuit.Soleils Noirsexposition temporaire  jusqu'au 25 janvier 2021Retrouvez plus d'informations sur le siteTarif  : plein : 10€ 18 – 25 ans : 5€ – 18 ans : gratuitParc en fête #ParcEnFete20  C'est tout un programme que vous propose la team du parc du Louvre Lens. C'est le moment pour reprendre contact avec la nature, méditer, observer, apprendre. Tout au long de l'été chaque week-end auront lieu des activités ludiques, mais aussi pour prendre soin de son bien être avec des activités comme du yoga, seul ou avec les enfants, faire de la méditation, du slow art aussi (çà existe oui !), ou encore de la sophrologie. L'été c'est le moment de se retrouver en famille, de partager de beaux moments ensemble avec les petits, mais aussi les adolescents (bon courage..non je plaisante). Même le gang des tricoteuses de Roubaix sera présente en juillet (#spoiler)Télécharger le programme des activités en un clic et ne rater rien de la saison estivale 2020Ce billet fait l'objet d'aucun partenariat, c'est bien un véritable coup de cœur qui m'a poussé à vous partager cette activité.  

  • Ramène ta fraise ici
    par Chacha Aventurière le 15/07/2020

    Heureusement que mon compte Twitter m'a rappelé que le dimanche 12 juillet 1998 nous avions gagné la coupe du monde de football, pour que je m'alerte sur le dead line pour la photo du mois.Et oui à chacun ses petites astuces pour ne pas oublier.Après être passé à côté du thème précédent le mois dernier, j'espère cette fois avoir tout bon.Voyons ce qu'on nous demande. Thème : Transformation, choisi par Pilisi Note de l'auteur-e : action de transformer… passage d’une forme à une autre… modification, changement… prouesse sportive… A vous de nous montrer quelle transformation vous êtes capable…Au vue des échanges sur la page Facebook du groupe, je suis partie du principe qu'il était toléré de ne pas se mettre en avant mais de montrer la métamorphose d'une chose, d'un objet ou toute autre idée qui puisse coller à la thématique. Ni une, ni deux, j'ai filé au jardin et pris le soin d'observer la nature (encore une fois). Il faut de la patience, mais à qui sait l'observer, la nature est notre meilleure alliée dans les challenges.Alors je suis allée voir mon fraisier parce que Charlotte aux fraises ... ok elle est facile 😍Voici quelques citations que j'aime beaucoup sur les fraises :Comme la fraise a goût de fraise, la vie a goût de bonheur !R a m è n e   t a   f r a i s e   § “Je ne puis pas plus te montrer un papillon dans une chenille, qu’une fraise dans sa fleur : il faut que le soleil ait mûri l’un et l’autre.”Berndardin de St Pierre Et les autres qu'ont ils transformé ?Akaieric, Amartia, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, Kemba, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv', 

  • Du côté de chez moi coule une longue rivière tranquille
    par Chacha Aventurière le 26/06/2020

    Que l'été commence !Quand le beau temps s'installe dans les Hauts de France, le soleil peut très vite faire monter la température. Nous sommes nombreux alors à rechercher un peu de fraîcheur à l'ombre d'un arbre, pendant que d'autres vont sur les plages de la Côte d'Opale. Mais faut-il toujours aller loin de chez soi pour trouver son bonheur ?C'est ainsi que nous sommes partis nous rafraîchir au port nautique d'Halluin. Et oui, même si Halluin est à plus de 64 kms des côtes,  nous pouvons tout en restant chez nous  prendre du temps pour dessiner avec ses orteils de jolis cocotiers dans le sable fin sur les bords de la Lys ou de la Deûle.Pour Aurélie du blog Travelingadress et boss d'En France Aussi  pour le mois de juin, j'ai décidé de  voyager dans les environs de la maison, et de faire un mini roadtrip qui nous mènera de port en port.Le port de plaisance Eric Tabarly Nous n'avons pas dû aller bien loin pour commencer puisque nous avons commencé avec celui qui se trouve à Halluin, ou Menin, je ne sais jamais à vrai dire qui s'en occupe et où il se situe précisément.Mais comment en était on arrivé à créer un port de plaisance sur le bord d'une rivière, la Lys en l’occurrence au milieu de 2 pays ?La Lys est une rivière transfrontalière qui va de Gand (Belgique) à Lisbourg (France) en passant par Halluin/Menin. Elle sert de frontière naturelle à nos 2 pays. Au milieu il y a une île, c'est en 1983 que la municipalité d'Halluin décide de transformer cette île en un pôle pour accueillir des entreprises. La municipalité de Menin quand a elle ne voit pas cela d'un bon œil. La proximité de la rive belge à 200m, et les nuisances que cela pourraient engendrer sont un frein. Les 2 municipalités décident alors de transformer cet espace en zone de loisirs transfrontalier. Il faudra beaucoup d'énergie, un  peu de chance aussi, mais surtout un soutien politique de la région pour transformer ce lieu en port de plaisance.Cela prendra 13 ans, et c'est en 1996 qu'on inaugure en grande pompe le port de plaisance Eric Tabarly.Aujourd'hui, ce sont 17 hectares d'espaces verts qui sont ouverts aux habitants des 2 villes, ainsi 30 ponts d'amarrage pour les plaisanciers. Certains s'y amarrent le temps d'un week-end, d'autres à l'année. On y trouve une rampe de mise à l'eau, ainsi que des sanitaires mises à disposition des propriétaires des bateaux et de leurs occupants.Pour ceux et celles qui n'ont pas le pied marin, ou qui veulent simplement passer une nuit au vert, il est possible de louer un ecolodge. En effet 3 ecolodges gérés par l'Office du Tourisme Flandre Lys sont mises à la location pour une à trois nuits.Quand nous sommes passés, elles étaient toutes fermées. Je ne sais pas si cela est en raison de la crise sanitaire ou pour une toute autre raison. J'ai cherché des infos mais je n'ai malheureusement rien trouvé.Contre toute attente, j'ai pu constater que nous étions nombreux ce jour là à nous oxygéner au bord de la Lys.  Le port de plaisance avait des petits airs de No Man's Land alors que la traversée de la frontière nous est toujours interdite pendant le confinement, nous pouvions que constater que de nombreuses familles Français et Belges étaient venus chercher un peu de fraîcheur en traversant simplement l'écluse transformée en pont entre nos 2 pays. La voix verte de la LysDepuis Halluin il est possible de rejoindre d'autres ports de plaisance en suivant la voix verte V32 qui va d'Halluin à Deulemont. Pour cela, il faut rejoindre la coulée verte une autre véloroute du Nord. La distance qui sépare les deux villes est de 30 kilomètres. Heito et moi n'étant pas de grands sportifs, et sachant qu'il nous faudrait revenir à la maison, nous n'avons pas tenté l'expérience. Nous avons donc laissé nos vélos suspendus dans le garage, et nous y sommes allés en scooter par la route classique.Dans un premier temps, nous avons pris la direction de Quesnoy sur Deûle. Située à 12 kilomètres de Lille et 6 de la frontière Belge en voiture, Quesnoy Sur Deule doit son nom au fait que le canal de la Deûle traverse la ville.Nous y avons trouvé très peu de bateaux à quai. Quelques familles étaient paisiblement installées dans l'herbe, pendant que des enfants jouaient au ballon. Le port de plaisance de Quesnoy est au cœur de la ville, un bar d'été (ouvert habituellement) permet de s'offrir quelques gourmandises ou s'altérer. Ici rien à voir avec le port de St Tropez on vient chercher le calme avant tout.Pendant ce temps là, deux cavaliers arrivent et prennent la direction du chemin de hallage qui suit la Deûle. Une péniche amarrée au quai attire mon attention, ce n'est pas la 1ère fois que je le vois ici.  Cette fois, je me décide d'en faire le tour. Ma curiosité est vite récompensée, il s'agit d'une chambre d'hôte faisant partie du réseau des Gîtes de France. A ma grande surprise la propriétaire est sur le ponton, nous en profitons pour échanger quelques mots. DeulemontNous prenons ensuite la direction de Deulemont, c'est ici que la Deûle et la Lys se rencontre. Deulemont est à une dizaine de minutes en voiture de Quesnoy sur Deûle, et trente de Lille. Il est aussi possible d'aller d'un port à l'autre toujours en longeant la Deûle en vélo. (Peut être qu'un jour on le fera ...)Deulemont est un passage obligé pour les bateliers qui s'en vont rejoindre les pays nordiques (ou qui en viennent). On croise quotidiennement encore des péniches chargées jusqu'à fond de cales qui vont d'un pays à l'autre en suivant les courants. Depuis 2003, le transport fluvial a un regain d'activité dans les Hauts De France. Sachant qu'une péniche peut transporter de 250 à 350 tonnes, ce qui représente l'équivalent de 10 à 14 camions, et généré 4 fois moins de CO2 que par la route avec un coût moyen de 5€/Tonne contre 12 toujours par la route, je dirai que ce choix semble des plus logique.Lors de notre micro découverte du port de plaisance de Deulemont, nous avons vu des familles prendre le temps de faire découvrir le paddle à leur enfant, ou encore à  y faire du canoë. Ici les grand-parents sont à l'ombre d'un platane à attendre que le temps s'écoule tranquillement..Flâner dans les ports de plaisance, c'est aussi prendre le temps d'observer de magnifique ouvrage d'architecture comme ici cette écluse, et ce pont piéton qui permets d'aller d'une rive à l'autre.On passe par Wambrechies avant de rentrer Sur la route du retour,  nous avons fait un détour vers le port de plaisance de Wambrechies. Nous étions nombreux à avoir eu la même idée, il suffisait de regarder la queue chez le glacier local, pendant ce temps là d'autres profitaient d'un bain de soleil après toutes ces semaines enfermés à la maison. Un bref instant, mon esprit était ailleurs, loin d'ici, littéralement transporté en vacances.Wambrechies est à une quinzaine de minutes de Lille en voiture. Elle est située juste à côté de Bondues et de son golf. Bondues attire depuis toujours les familles aisées de la région. Bien entendu cela se répercute sur le prix de l'immobilier. Wambrechies, sa voisine, a vue petite à petite venir à elle des familles à la recherche d'une résidence proche de Bondues à  des tarifs plus abordables. Aujourd'hui, Wambrechies a bien changé. Les façades des maisons typique aux briques rouges ont été rénovées sans perdre leur cachet, les jardins derrière les grilles forgées sont entretenues par des jardiniers qualifiés et l'immobilier suit la aussi une courbe ascendante.Mais revenons au port de plaisance, ici aussi vous pouvez également passer la nuit sur un bateau , partir en balade au fil de l'eau, ou encore passer votre permis bateau.Cette micro aventure de port en port nous a permis de découvrir des activités dont nous ignorions l’existence. Ce fût un micro voyage qui invitait à l'évasion pendant quelques heures.Info pratiques :Port de Plaisance Transfrontalier Menin Halluin Ouvert toute l'année30 rue Port Fluvial1ére AvenueTél : 03 06 08 36 15 13 Ecolodge Flandre LysRéservation en ligne sur le site de l'Office du Tourisme Flandre LysEn suivant ce lien : http://www.tourisme-flandrelys.fr/activite_tag/idees-weekend/#.Xur8ZWQzZPYTout savoir sur la véloroute V32, direction le site de l'Association Française de Véloroutes et Voies Vertes qui de dit aussi  AF3VPort de Plaisance de Quesnoy S/Deule Allée des étrindellesPort de Plaisance de WambrechiesQuai de l'écluseOù dormir sur une péniche :Quesnoy sur DeuleOsaka à partir de 80€ la nuit pour 2 personnesWambrechies La Bigoudène à partir de 430 € la semaineL'Office du tourisme de Val de Deule et Lys Tourisme pourra vous aider à organiser votre séjour au bord de la Deûle via son site, n'hésitez pas à les contacterCet article participe au rendez-vous En France Aussi de Sylvie du blog Le coin voyageur.

  • Ombre et lumière
    par Chacha Aventurière le 15/06/2020

    On sait tous que lire en diagonale c'est pas bien, encore moi lorsqu'il s'agit de consigne.Je fais mes excuses d'avance, mais je viens de m'apercevoir que je suis complètement hors sujet puisque je n'ai retenu que ombre. Donc au moment où j'écris ce billet, il n'y a plus de soleil je suis donc complètement à l'ouest !Mais reprenons depuis le début si vous voulez bien.Donc le boss pour la photo du mois de juin c'est Akaieric et le thème : mon amie mon ombre (jusque là j'avais bon). Maintenant passons aux précisions de l'auteur : Elle nous suit partout, on ne fait plus attention à elle. Peut être que dans notre dos, notre ombre fait des choses surprenantes ou va dans des endroits inconnus? Alors n'hésitez pas à vous retourner et à prendre (ou à faire prendre) votre propre ombre en photo.C'est au hasard d'un défi pour En France Aussi sur le thème des vieilles pierres que cette photo m'a sauté au yeux, surtout son ombre qui prend place sur la moitié du cadrage. Il s'agit d'une vieille église qui se trouve dans le bourg de Villeneuve d'Ascq. Il y a quelques temps déjà, je vous avais parlé de son parc, le Parc du Héron.Je vais régulièrement dans cette ville, surtout dans son centre commercial, mais je n'étais jamais allée dans le bourg.J'y ai découvert aussi un château avec une incroyable architecture flamande : le Château de Flers.J'espère qu'un prochain thème me permettra de vous partager une des nombreuses photos prises aujourd'hui.Sinon désolée d'être à côté de la plaque, voici ma photo entre à l'ombre d'un mur.Et les autres comment s'en sont ils sortis ? Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD'épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv', écri'turbulente.

  • Merci qui ? Merci facteur
    par Chacha Aventurière le 05/06/2020

    17 mars 2020Tout s'écroule, tout se fige, la France se confine. Un ennemi invisible à l’œil nu sème la panique aux quatre coins de l'hexagone. (et du monde)55 jours ceux sont écoulés.On espère tous pouvoir reprendre une vie normale très bientôt. De nouvelles habitudes ont intégré notre quotidien. Le port d'un masque pour se protéger mutuellement, se laver les mains régulièrement et respecter le plus possible la distanciation ... sociale. Dieu que ce mot est laid, je préfère parler de distanciation physique.En ce qui me concerne, je n'ai jamais été aussi proche de ma famille et des autres que depuis le début de cette pandémie.Pendant ces 55 jours, enfin 41, parce que les deux premières semaines j'étais sonnée, et très anxieuse,  j'ai décidé de mettre ce temps à profit pour reprendre contact avec des amis perdus de vue, et avec de la famille éloignée.Tout le monde étant assigné à résidence j'étais sûre que je pouvais les contacter sans problème.  C'était un délice de les avoir au téléphone, d'échanger. Je ne voulais pas de e-apéro. Je me posais dans un coin de la maison avec vue sur l'extérieur et on parlait. Et puis, il y avait mes amis sur les réseaux sociaux, je sentais parfois qu'au cours de nos échanges le moral était en berne. J'ai donc décidé de leur envoyer une carte faite à la mains. Vous savez ce truc de format en 14x13 en papier glacé derrière laquelle on écrit un petit mot. Je suis assez old school, j'aime personnaliser mes surprises. J'imagine alors leur tête en découvrant dans leur boîte à lettre une enveloppe à leur intention qui suscite la curiosité, puis le smile qui s'en suit à la lecture de la carte.Merci facteurPourquoi devrions nous toujours trouver que des factures et des prospectus dans nos boîtes aux lettres ? Y trouver un peu de bonheur, ou de soutien çà n'a pas de prix. Il y a quelques jours, j'ai été contacté par le site Merci Facteur qui m'a proposé de tester leur service à l’occasion de la fête des mères. Mon souci c’est que je n'ai plus de maman, ni de belle-mère. Elles sont toutes les 2 au paradis des super mamans. J'ai cependant accepté leur proposition parce que je suis curieuse de nature, et j'ai décidé d'envoyer une carte ... à mon mari. Dans quelques jours, nous allons fêter nos 20 ans de mariage. Je voulais lui faire une mini surprise. Sachant que chaque jour il relève le courrier, il ne s'attends pas du tout à recevoir un courrier de ma part.J'ai eu l'embarras du choix entre la carte humoristique, celle ou l'on peut insérer des photos, et des toutes minimes à souhait hyper girly. Mon mari est quelqu’un de très classique (enfin il n'aime pas les fioritures), j'ai donc choisi une carte très sobre.Le champs des possible pour rendre sa carte exclusive  était sympa , cela passe par la qualité du papier, la forme des bords, le format, la couleur du texte, la police mais aussi l'insertion de motif et d'image. Bref, je pensais plier çà en 3 clics et finalement j'ai mis plus de temps que prévu.J'ai beaucoup aimé aussi la possibilité de mettre un texte sur l'enveloppe. J'ai mis "personnel".  Même si ici chacun ouvre son courrier, je voulais marquer le coup.Le site est hyper simple d'utilisation, en quelques clics notre création prends forme sous nos yeux.Après la validation, et le paiement j'ai reçu un mail pour confirmer tout çà. Le lendemain j'ai reçu un mail de Zoé pour me dire que ma carte allait entrer en "impression", puis qu'elle était bien envoyée. Maintenant j'attends qu'elle arrive dans ma boîte aux lettres...Elle est expédiée depuis mardi (je l'ai faite lundi soir avant la deadline qui s'affiche sur le site). Maintenant, je sais que la poste a encore pas mal de retard dans l'acheminement du courrier, j'espère qu'elle arrivera ce samediDés qu'il l'aura reçu, je vous en dirai plus sur la qualité de la carte elle même, mais vue le 4/5 sur  le site des avis clients, je ne pense pas qu'il sera déçu.Si vous aussi pour la fête des mères, des pères, des oncles et des cousins ou les anniversaires de votre collègue préféré vous avez envie de lui envoyer une carte, avec le code CHACHA30 vous pourrez bénéficier de 30% de remise sur votre (vos) carte(s). Ce billet a fait l'objet d'un partenariat avec le site Merci Facteur que je remercie au passage de m'avoir contacté pour tester leur site. Ce billet reflète que mon expérience, et reste libre des propos ci-dessus.